[Séminaire] OCS/AUSser autour des interventions de Laurie Gangarossa et d’Isaline Maire – École d’architecture de la ville & des territoires Paris-Est – 17 janvier 2024

Le prochain séminaire du laboratoire OCS/AUSser aura lieu le mercredi 17 janvier 2024 à 18h00 dans l’espace Banham à l’École d’architecture de la ville & des territoires Paris-Est.

La séance #03 sé déroulera autour des interventions de Laurie Gangarossa et d’Isaline Maire.

Programme de la séance #03

Se figurer les architectes-biographes

par Laurie Gangarossa, architecte, doctorante au laboratoire OCS/AUSser, membre permanent de l’UMR Ressources, maîtresse de conférences à l’ENSA Clermont-Ferrand

Cette intervention sera l’occasion d’échanger autour de la thèse en cours et de revenir sur le choix des six figures d’architectes-autobiographes qui rythment sa première partie.

La notion de « figurer » sera ensuite déployée en son sens second, ouvrant les réflexions aux modes de représentations expérimentés dans le cadre de cette thèse et plus spécifiquement aux manières d’entrelaçer corpus littéraire et éléments iconographiques.

→ https://paris-est.archi.fr/agenda/seminaire-ocs-2023-24-03-laurie-gangarossa

4+1 figure

par Isaline Maire, architecte, doctorante aux laboratoires Inama (Ensa Marseille) et Urbanistica (Iuav Venezia), maîtresse de conférences associée à l’Ensa de Paris-Est

Palomar, roman publié en 1983 par l’écrivain italien Italo Calvino s’ouvre sur le récit de la description, par son personnage principal, d’une vague. Dans cette entreprise qui s’apparente à une quête, lente, méticuleuse et métaphysique, Monsieur Palomar s’attèle à observer ce qui l’entoure, dans un souci d’exploration du détail, de relevé du réel. Publié d’abord sous la forme de nouvelles parues entre 1975 et 1978 dans le quotidien national Il Corriere della Sera, le texte de Calvino est très vite décrié tant il se tient éloigné des préoccupations sociétales qui secouent l’Italie à cette époque. Et pourtant, il y avait dans cet exercice élémentaire, celui de décrire l’immuable mouvement des éléments qui nous constituent, un acte politique fondamental. Arrêter le vacarme du monde pour décrire pièce par pièce, les maux qui participent au mécanisme de son changement.

Rendre compte du réel, en détailler les composantes, était le fil qui conduisait implicitement la recherche doctorale. Décrire la réalité d’un phénomène, lui aussi métaphysique et lent comme la vague de Monsieur Palomar, celui de la montée des eaux sur le littoral entre Camargue et Ligurie, et des actions mises en place pour accompagner son inexorable mue. La recherche s’engageait alors dans une vaste entreprise d’exploration multiscalaire dont le dessin devait décrire les récits. Les matériaux récoltés étaient multiformes, multiscalaires et témoignaient de cette entreprise, peut-être mal mesurée au départ : comment rendre compte d’un changement global dont le mouvement s’opère en temps réel, et dont les actions pour tenter d’en esquisser les directions, sont elles aussi, pluriformes. 

Dès lors, l’entreprise de cette description nécessitait de faire un détour pour aller à la rencontre d’autres trajectoires de recherche qui ont fait de l’acte de décrire un exercice et l’objet même de leur exploration. Parmi ces trajectoires se révèlent cinq figures comme cinq moments de méthode recomposant la finalité de ce que nous pensions chercher. À travers ces cinq figures, Saverio Muratori et le dessin comme stratification de connaissance, Bruno Munari et la manipulation manuelle dans la transmission des langages, Paolo Rumiz et l’arpentage comme méthode d’enquête, Italo Calvino et la mise en récit comme engagement politique et Luigi Ghirri et la captation de l’ordinaire pour voir au-delà, la recherche replace l’intérêt d’une réflexion sur la méthode, pour redonner la mesure des choses et la posture par laquelle l’architecte peut prendre part.

→ https://paris-est.archi.fr/agenda/seminaire-ocs-2023-24-03-isaline-maire


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pascal Fort (17 janvier 2024). [Séminaire] OCS/AUSser autour des interventions de Laurie Gangarossa et d’Isaline Maire – École d’architecture de la ville & des territoires Paris-Est – 17 janvier 2024. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vm2v


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search