[Rencontre] publique autour de l’ouvrage “L’art d’accommoder les restes” – Librairie Volume (Paris) – 22 mars 2024

Une rencontre autour du livre “L’art d’accommoder les restes” de Laurie Gangarossa (doctorante OCS/AUSser), Cyrille Weiner, Stéphanie David et Éric David, aura lieu le vendredi 22 mars 2024 à la librairie Volume à 19h30.

Présentation du livre

Que peut l’architecture à l’ère de l’Anthropocène? A-t-elle l’énergie de se saisir de l’occasion pour faire autrement et, ce faisant, de construire d’autres histoires?
L’acte de transformation négocie avec l’idée de pertes. Le face-à-face de l’architecte avec celles-ci est continu et se joue en toutes phases, de la conception jusqu’à la réalisation, en passant par la mise en usages. Ce qui est livré se patine, puis s’érode, dès le ruban rouge coupé; ces pertes sont irrémédiables.

Le projet déplace les réalités, les fait changer de formes, amenant à concéder un certain nombre de deuils. Certains sont d’ordre individuel, d’autres sont collectifs. Cette condition de l’architecte générateur de pertes est intemporelle. Cependant, elle se conscientise de manière plus aiguë à l’ère de l’Anthropocène où l’idée de table rase est battue en brèche.

L’architecture — entendue comme discipline et comme champ de pratiques — tente de rester à flot dans sa traversée sans rive annoncée de la crise des ressources. De fait, le chavirement des idéaux modernes dominants de la croissance, du progrès et des techniques performatives de recherches de gains, fait disparaître de la surface des pertes sur lesquelles il n’est plus possible de revenir.

Or, dans ce changement de paradigme générant désordre” et “tensions”, l’architecture est amalgamée au monde de la construction dont on ne cesse de relever la responsabilité dans la culture extractiviste qui conditionne les manières de transformer et d’habiter la Terre.

Dès lors, que peut l’architecture dans ce changement de paradigme? Qu’est-elle prête à perdre aussi? Qu’est-elle à même de laisser disparaître parmi ses modèles? On pourrait baisser les bras face à l’immensité de tels questionnements. On pourrait faire sécession et tout laisser derrière soi, à force de ne plus savoir quoi faire de tout ce désordre. Pointe néanmoins l’énergie de saisir l’occasion de faire autrement, et ce faisant, de construire d’autres histoires.



Citer ce billet
Pascal Fort (2024, 19 mars). [Rencontre] publique autour de l’ouvrage “L’art d’accommoder les restes” – Librairie Volume (Paris) – 22 mars 2024. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1kf

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search