Soutenance de thèse de Daniele Campobenedetto “L’Atelier Parisien d’Urbanisme, tra rénovation e forma urbana (1967-1989) : Il ruolo di un’agenzia pubblica nella trasformazione dello spazio urbano a Parigi: i casi delle Halles e del secteur de La Villette” – 13 avril 2015

Soutenance de thèse de Daniele Campobenedetto : “L’Atelier Parisien d’Urbanisme, tra rénovation e forma urbana (1967-1989) : Il ruolo di un’agenzia pubblica nella trasformazione dello spazio urbano a Parigi: i casi delle Halles e del secteur de La Villette”

Soutenance de thèse en cotutelle entre le doctorat en Histoire de l‘Architecture et de l’Urbanisme (Polytechnique de Turin) et le doctorat en Architecture (Université Paris Est)

Laboratoire d’accueil : IPRAUS (ENSA Paris-Belleville) / Laboratoire Département d’Architecture et Design (Université Polytechnique de Turin)

Directeurs d’études :
M. Carlo Olmo (Polytechnique de Turin)
M. Pierre Pinon (ENSA Paris Belleville)

Jury :
M.me Paola Viganò (IUAV – EPFL)
M. Denis Bocquet (ENSA Strasbourg)

Lieu : Université Polytechnique de Turin (Italie), Sala della Caccia, Castello del Valentino, Viale Mattioli 39

Date : 13 avril 2015

Accédez à l’affiche de présentation : campobenedetto-thèse

Résumé : Entre la fin des années 1960 et les années 1980, la ville de Paris a connu à la fois une période de grande transformation urbaine et un changement dans les stratégies de cette transformation par rapport aux héroïques Trente Glorieuses.
L’analyse de ces modifications architecturales et urbaines et les processus de leur mise en oeuvre sont souvent basés sur le point de vue de la morphologique ou des politiques urbaines.
De plus, en France, l’étude des processus de décision et des transformations urbaines relève des sciences sociales. Cela a abouti à une malheureuse séparation des approches académiques: l’une portant sur la recherche du lien entre les politiques ou les théories de la communauté architecturale et les projets, alors que l’autre considère l’espace urbain déjà transformé comme un point de départ pour l’analyse sociale.
Cette recherche vise à étudier l’écart entre ces deux approches méthodologiques influentes en France dans les années 1970 et 1980, grâce à une étude dans le domaine de l’histoire urbaine.
Le principal objectif de la thèse est d’explorer le rôle de l’Atelier Parisien d’Urbanisme (ci-après APUR), une entité bureaucratique chargée de tâches multiples, dans le contexte du décalage entre rénovation et forme urbaine quant à la ville de Paris.
Entre 1967 et 1989, l’APUR a joué un rôle essentiel dans la traduction du passage susmentionné en termes opérationnels, en créant un lien avec les institutions qui ont le pouvoir de transformer de vastes zones de la capitale française. Cela fut possible grâce au processus de négociation entre des institutions entre elles et avec les architectes et designers urbains dans lequel APUR a joué un rôle important.
Dans ce contexte, la recherche étudiera également la relation entre les références culturelles et les processus par lesquels les espaces urbains sont convertis.
Deux cas d’études nous permettent d’analyser ces changements urbains et le rôle joué par l’APUR: les transformations des Halles Centrales de Paris, et les projets pour le Secteur de la Villette, en particulier ceux de la place Stalingrad (Bernard Huet, de 1985 à 1989) et le Parc de la Villette au cours du premier concours organisé par l’APUR (1976).
Ces deux cas sont liés. D’une part, ils illustrent un point de vue culturel; d’autre part, ils rendent compte des processus institutionnels et politiques, montrant une transformation qui s’est produite dans toute la ville. Enfin, ils croisent la trajectoire de certains des personnages les plus emblématiques de l’architecture française de l’époque. L’un d’eux était Bernard Huet, un enseignant, théoricien, critique et concepteur qui a joué un rôle fondamental dans la définition d’un nouveau paradigme culturel.
La recherche montre un changement dans le processus de transformation de l’espace urbain à Paris. Les pratiques sont passées de projets qui ont été générés par un débat animé, fortement lié aux sciences sociales contemporaines françaises, à une normalisation successive des projets urbains et d’un imaginaire urbain ainsi qu’à une légitimation culturelle de APUR.
Le rôle crucial de l’APUR dans les deux cas d’études est analysé en comparant les archives de l’Atelier, celles des architectes impliqués dans les projets urbains ainsi que les fonds ministériels et présidentiels. Les sources orales sont limitées à un rôle de contrôle.
Enfin ce travail vise à mettre en évidence le processus de « faire la ville » en soulignant le rôle d’une bureaucratie publique dans les transformations urbaines qui mènent, entre 1967 et 1989, à la conception contemporaine de la ville de Paris.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.