[Journée d’études] “Architecture et Histoire. Pour une écriture des modernités situées” – Institut d’Etudes Avancées de Paris – 10 avril 2024

La journée d’études “Architecture et Histoire. Pour une écriture des modernités situées” est organisée par Anna Rosellini, Guillemette Morel-Journel et Marco Assennato, associant deux équipes de l’UMR CNRS AUSser : OCS (ENSA Paris-Est) et ACS (ENSA Paris-Malaquais), avec le soutien de l’IEA (Institut d’Etudes Avancées) de Paris.

Elle aura lieu à l‘Institut d’Etudes Avancées de Paris (17 quai d’Anjou, 75004 Paris) le 10 avril 2024, 9h15-18h.

Accédez à l’annonce et au programme : Architecture et Histoire

Informations pratiques

Séance en présentiel uniquement. Entrée libre sur inscription obligatoire (voir formulaire : cliquez ici).
Outre les renseignements demandés dans le formulaire d’inscription, n’oubliez pas de cocher les deux cases : celle de la date-horaire, et celle du consentement, avant de valider.

Contributions membres UMR AUSser

Anna Rosellini (OCS/AUSser, ENSA Paris-Est), Laurent Koetz (OCS/AUSser, ENSA Paris-Est), Federico Ferrari (ACS/AUSser, ENSA Paris-Malaquais), Luc Baboulet (OCS/AUSser, ENSA Paris-Est), Sebastien Marot (OCS/AUSser, ENSA Paris-Est), Guillemette Morel-Journel (ACS/AUSser, ENSA Paris-Malaquais)

Programme

Présentation

Réfléchir à la manière dont l’historiographie architecturale moderne a été construite (écrite et pensée) et ainsi de faire un bilan et relancer une réflexion autour du rapport entre architecture et modernité, nous semble urgent pour redéfinir les bases de la discipline architecturale, confrontée aux grands défis du monde contemporain. Ce binôme que nous vous proposons donc à la réflexion nous semble actuel, contre toute vieille causerie postmoderne, car nous sommes convaincus que les problèmes de la modernité soient enfin encore les nôtres : nous vivons une modernité tardive, un passage dans lequel les caractères du Moderne persistent bien qu’ils subissent une déformation dromologique, une puissante accélération qui en exacerbe les conflits et les contradictions – sur le plan écologique, sociale, politique. Il s’agit alors de relancer une réflexion épistémologique sur l’histoire moderne pour penser l’architecture contemporaine (et celle du futur). La journée d’études du 10 avril à l’IEA – Paris se propose comme premier moment de travail commun dans lesquels chaque chercheuse et chercheur partage ses méthodes historiographiques.

4 chantiers théoriques autour desquels imaginer un colloque international (2024-2025) :

  1. Une Histoire Globale.
    Dans cette session nous souhaiterons aborder la dimension globale de l’histoire de l’architecture moderne. Il s’agit, pour nous, d’y voir en profondeur pour saisir les différentes temporalités qui traversent les migrations de l’architecture moderne et déterminent les scènes territoriales comme des entités perméables dans lesquelles les thématiques internationales sont infléchies et adaptés à des puissances intellectuelles, à des savoirs, à des pratiques sociales, à des conditions anthropo-géographiques locales. Nous souhaitons ainsi interroger la possibilité d’une décolonisation radicale du regard de l’historiographie.
  2. Une Histoire Politique
    Nous voudrions faire appel à l’histoire comme espace de vérification critique (et scientifique) des discours architecturaux, des justifications idéologiques et des pratiques professionnelles qui ont traversé la modernité. Mais il y a plus que cela : si la modernité a pu se mondialiser il ne s’est pas universalisé (elle a toujours rencontré des résistances qui l’ont nourrie).
  3. Une Histoire Matérielle
    Le Climate Change a modifié radicalement notre rapport aux matières entrant dans la constitution des objets fabriqués, tant celles extraites de la nature, que celles produites par l’homme. Mais ce rapport entre matières et architecture, a une histoire riche (et ininterrompue) : depuis les premiers traités jusqu’à la révolution du verre, de l’acier et du béton, architecture et matérialité s’entremêlent en définissant les axes théoriques et plastiques de la discipline. Nous souhaitons interroger les effets du rapport constant entre les matériaux dont sont faits les objets, les édifices ou les infrastructures, les contextes naturels et topographiques, les ressources rares et l’architecture moderne.
  4. Une Histoire Genrée
    Pluraliser l’histoire veut dire rompre avec le cadre dominant du discours culturel masculin occidental. Nous souhaitons interroger les effets positifs qui découlent de l’entrecroisement entre discours architectural et nouvelles notions produites depuis un point de vue féministe. La modernité a été de ce point de vue un extraordinaire laboratoire. Aujourd’hui, il est urgent de poser la question: que peuvent les approches féministes pour remettre en question les récits historiques canoniques ? Quelle révision historiographique produisent les féminismes en architecture ?


Citer ce billet
Pascal Fort (2024, 27 mars). [Journée d’études] “Architecture et Histoire. Pour une écriture des modernités situées” – Institut d’Etudes Avancées de Paris – 10 avril 2024. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w47y

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search