[Séminaire] OCS/AUSser : interventions de Sébastien Marot et de Charles Rives (membres OCS/AUSser) – École nationale supérieure d’architecture Paris-Est – 22 mai 2024

Le prochain séminaire du laboratoire OCS/AUSser aura lieu le mercredi 22 mai 2024 à 18h00 dans l’espace Banham à l’École nationale supérieure d’architecture Paris-Est.

La séance #07 se déroulera autour des interventions de Sébastien Marot et de Charles Rives.

Programme

Programme de la séance #07

Prendre la clef des champs. Derniers développements par Sébastien Marot (Historien de l’environnement, philosophe, HDR, professeur à l’Ensa Paris-Est, membre permanent du laboratoire OCS/AUSser).

A l’occasion de l’itinérante de notre exposition, nous avons ajouté à notre jardin d’idées deux nouvelles sections qui explorent des horizons ou points de fuite plus explicitement politiques de l’argument développé dans les précédentes. J’essaierai de présenter brièvement ces deux nouvelles séquences d’idées dont l’une porte sur l’horizon biorégionaliste, et l’autre sur l’hypothèse d’un contre-exode urbain.

Le préverdissement des friches industrielles. Une pratique d’aménagement avortée par Charles Rives (Architecte-urbaniste, doctorant au laboratoire OCS/AUSser, enseignant à l’Ensa Paris-Belleville).

En 1986, un groupe de travail interministériel présidé par Jean-Paul Lacaze s’empare du sujet des friches issues de la désindustrialisation afin de quantifier l’ampleur du problème économique et spatial d’une part, et de tenter d’identifier des protocoles pour leur requalification d’autre part.
Le rapport est un plaidoyer pour la reconstruction des paysages, considérée comme un préalable incontournable dans la perspective d’une reconquête économique de ces territoires abandonnés. Le principe d’un préverdissement est alors posé. Il consiste à tirer parti du temps à disposition, du fait de la quantité de foncier disponible et de l’imprédictibilité du marché économique, pour planter les friches. Ce rapport ne restera pas cantonné à la sphère bureaucratique, et trouvera un relais dans la presse spécialisée. En effet, la même année, la revue Métropolis consacre un numéro entier au « rapport Lacaze » et célèbre l’intérêt d’une réappropriation initiale des territoires abandonnés grâce au paysage.
Dès lors, comment expliquer la faible diffusion de cette pratique et sa quasi-absence dans les propositions des concepteurs ? La communication revient sur la genèse de cette pratique très peu mise en œuvre, et les contradictions sur lesquelles elle est fondée, pour poser quelques hypothèses. En outre, alors que l’objectif du Zéro Artificialisation Nette (ZAN) fait porter aux friches industrielles une double vocation, celle d’une densification sans nouvelle artificialisation ou celle d’une renaturation compensatoire, l’histoire avortée du préverdissement peut offrir un éclairage pertinent à cette actualité de l’aménagement. 



Citer ce billet
Pascal Fort (2024, 21 mai). [Séminaire] OCS/AUSser : interventions de Sébastien Marot et de Charles Rives (membres OCS/AUSser) – École nationale supérieure d’architecture Paris-Est – 22 mai 2024. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ou8

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search