Appel à communications pour le Colloque de clôture du programme Ignis Mutat Res

Appel à communications pour le Colloque de clôture du programme Ignis Mutat Res

L’UMR AUSser et l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville en partenariat avec le Bureau de la Recherche Architecturale Urbaine et Paysagère du ministère de la Culture et de la Communication organisent un colloque pour clôturer le programme de recherche “Ignis Mutat Res”, autour de la question de “Ce que fait l’énergie à l’architecture”.

Dates importantes :
Les notes d’intention de 2000 signes maximum (français ou anglais) sont à envoyer avant le 30 mai 2015 .
Notification aux auteurs : entre le 20 et le 25 juin 2015 .
Dates du colloque : 27 et 28 novembre 2015

Pour plus d’informations et pour l’envoi des notes d’intentions : ignis.colloque.ausser@gmail.com

Accédez à l’appel : Colloque IMR- Appel à communications

Alors que la planète se trouve confrontée à une transition énergétique sans précédent et que la France accueille la Conférence sur le climat (COP 21), tous s’accordent sur le fait que l’aménagement de l’espace, et plus particulièrement des espaces bâtis, est un enjeu majeur.
Le programme interdisciplinaire de recherche Ignis mutat res, Penser l’architecture, la ville et les paysages au prisme de l’énergie a suscité, depuis son lancement en 2011, de nombreux débats dans la communauté scientifique. En outre, la troisième session biannuelle de ce programme (2013-2015) arrive à son terme.
L’UMR AUSser (CNRS 3329), qui réunit des équipes de recherche des écoles nationales supérieures d’architecture de Paris-Belleville, Paris-Malaquais et Marne-la-Vallée, organise, en partenariat avec le bureau de la Recherche architecturale, urbaine et paysagère du ministère de la Culture et de la Communication, le colloque qui clôturera ce programme les 27 et 28 novembre 2015.
À cette occasion, nous chercherons à faire le point sur les avancées réalisées grâce au programme Ignis mutat res, mais aussi sur l’état de la réflexion de la communauté scientifique. Ce sera surtout l’occasion de revenir sur la question que le programme souhaitait aborder : en quoi et comment l’architecture peut-elle contribuer à la réflexion sur la transition énergétique ? Autrement dit, qu’est-ce que la perspective de l’épuisement des énergies fossiles crée comme cadre conceptuel et matériel pour l’architecture ? Quelle peut être la contribution propre de la recherche architecturale face à cette nouvelle donne environnementale ? Plus généralement, comment l’architecture, l’urbanisme et le paysagisme réagissent-ils, et ce depuis la Révolution industrielle, à la situation cruciale des ressources planétaires ?
Sans les oublier, il s’agira de dépasser l’éventail des réponses technologiques aujourd’hui déployées : gestion des ressources et des déchets, dispositifs de maintenance, nouveaux modes de production d’énergies renouvelables, économies des consommations dans les bâtiments, déplacements « propres », etc. et de recentrer la réflexion sur l’apport de la discipline : qu’est-ce que la recherche architecturale – en tant que construction de connaissances traitant de la forme, de l’espace matériel de la ville, de sa fabrication à sa réception par les sociétés – propose comme approche et potentiel de réponse spécifiques ? Dans le théâtre nécessairement interdisciplinaire des réflexions sur les implications spatiales de l’énergie, quelles sont les questions sur lesquelles l’architecture apporte un point de vue original et novateur ? Les temporalités et les échelles de réflexion et d’action sont diverses, du bâtiment au paysage en passant par le quartier et la ville – le colloque mettra notamment en valeur la nécessité des démarches interscalaires.
L’appel s’adresse aux équipes ayant participé au programme Ignis mutat res mais aussi à tous les chercheurs travaillant ou ayant travaillé sur ce thème, dans quelque cadre que ce soit.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.