[Deux expositions] “Chine moderne : l’architecture depuis 1949” et “Métropoles en miroir” – énsa de Paris-Belleville – 18 juin au 19 juillet 2024

Deux expositions ont été inaugurées hier mardi 25 juin 2024 à 17h30 à l’école nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville :

Chine moderne : l’architecture depuis 1949

Commissaire : Li Xiangning – Concernant l’exposition à l’ENSA Paris-Belleville :
Co-commissaires : Mete Kutlu & Cristiana Mazzoni
Commissaires adjoints : Mo Wanli, Wang Xuerui 
Équipe de commissariat : Mao Jianyuan, Li Wenyuan 
Conception de l’exposition : Gao Changjun, Wei Xiaoyu 
Design graphique : Qiu Jiayue
Dates : du 18 juin au 19 juillet 2024

L’exposition présente plus de 40 œuvres réalisées entre 1949 et 2024 en Chine. Elle explore comment les architectes chinois ont abordé les concepts de “modernité” et de “chineseness” sous différentes conditions historiques. De plus, l’exposition proposera une chronologie des tendances architecturales, des concepts et des pratiques en Chine depuis 1949 afin de fournir un contexte historique complet.

L’exposition fait partie du partenariat entre l’ENSA Paris-Belleville et le College of Architecture and Urban Planning de l’Université Tongji (Shanghai), et elle annonce également le futur programme de double diplôme.

Métropoles en miroir

Commissaires : Mete Kutlu (doctorant IPRAUS/AUSser), Jean Attali (membre IPRAUS/AUSser) et Cristiana Mazzoni (directrice UMR AUSser)
Dates : du 18 juin au 19 juillet 2024

Les cartes présentées dans cette exposition sont le résultat de recherches menées par les étudiants dans le cadre de leurs mémoires de master. Elles explorent des villes parfois proches et familières, et d’autres fois éloignées et inconnues. Au cours de presque 15 ans, près de 300 villes dans plus de 90 pays ont été méticuleusement étudiées, contribuant à un « Atlas des villes » en ligne. Tel un miroir unique, chaque ville reflète à sa manière les complexités et les points communs de la vie urbaine, tissant ensemble un tissu urbain irisé et interconnecté qui s’étend à travers le monde. À travers ce réseau dynamique, divers flux d’énergie circulent, faisant vibrer les villes de vie ou les consumant progressivement.

Les cartes sont des outils essentiels pour comprendre nos environnements habités. Elles encodent et déchiffrent les relations complexes que les sociétés humaines établissent avec la terre qu’elles occupent. Ces cartes décrivent les paysages urbains et ruraux à diverses échelles, en utilisant une multitude de récits qui façonnent une idéographie générale de l’espace.

Les caractéristiques distinctives des territoires ne peuvent pas être capturées uniformément ou selon les normes cartographiques conventionnelles. Aujourd’hui, les cartes nous défient d’utiliser notre imagination et notre créativité pour enrichir leur objectif et prévenir leur appauvrissement. Leurs lignes et couleurs révèlent ici des couches disposées dans une profondeur intangible : celles des mots écrits et des dessins divers recueillis dans les vignettes de l’exposition et dans l’espace connecté du Web. N’oubliez pas de scanner les QR codes !

Ces cartes capturent des densités et des intensités variées, reflétant la tension constante entre la surface de la Terre et ses modes d’occupation. Elles illustrent également les figures tracées dans l’espace et les défis planétaires qui les menacent.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pascal Fort (26 juin 2024). [Deux expositions] “Chine moderne : l’architecture depuis 1949” et “Métropoles en miroir” – énsa de Paris-Belleville – 18 juin au 19 juillet 2024. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11w54


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search