Soutenance de thèse de Julien Bastoen “L’art contre l’Etat ? La trajectoire architecturale du Musée du Luxembourg dans la construction de l’illégitimité de l’action artistique publique. 1848-1920” – IPRAUS (ENSA Paris-Belleville) – 5 JUIN 2015

Soutenance de thèse de Julien Bastoen : “L’art contre l’Etat ? La trajectoire architecturale du Musée du Luxembourg dans la construction de l’illégitimité de l’action artistique publique. 1848-1920”

Soutenance de thèse de doctorat en Architecture (Université Paris Est, Ecole doctorale Ville Transports et Territoires)

Laboratoire d’accueil : IPRAUS (ENSA Paris-Belleville)

Lieu : Ecole nationale supérieure d’architecture Paris-Belleville, 60 boulevard de la Villette, 75019 Paris / Bâtiment A, salle des soutenances

Date : vendredi 5 juin 2015, 14h30

Directeurs de thèse :
M. Pierre Pinon (ENSA Paris Belleville)

M. Jesus Pedro Lorente, co-directeur (Université de Zaragosse)

Jury :

Christophe Loir (Université libre de Bruxelles)

Bénédicte Savoy (Université technique de Berlin)

Jean-Louis Cohen (New York University)

Jean-Philippe Garric (Université Paris I – Panthéon Sorbonne)

Dominique Poulot (Université Paris I – Panthéon Sorbonne)

Résumé de la thèse : Interrogeant les rapports entre l’État et le champ artistique en France entre 1848 et 1920, ce travail de recherche en histoire de l’architecture repose sur le postulat que la trajectoire architecturale du Musée du Luxembourg fut l’un des lieux privilégiés de la construction d’une représentation négative de l’intervention de l’État dans les affaires artistiques.
Ce musée, dont les collections sont aujourd’hui atomisées dans différentes institutions parisiennes et provinciales, devint, en 1818, le premier musée d’art contemporain, par la volonté du roi Louis XVIII. Dès l’origine, il fut considéré comme la pépinière du Louvre. Cette relation de symbiose entre les deux institutions, basée sur le principe des vases communicants, servit de référence à l’émergence de nouveaux paradigmes muséaux en Europe et en Amérique du Nord, jusqu’au premier tiers du XXe siècle. La principale mission du Musée du Luxembourg était d’affirmer la supériorité de l’art français face à celui des autres puissances européennes. Si sa représentativité artistique fut pour le moins partielle, son exemplarité architecturale, elle, demeura un idéal jamais atteint.
L’analyse de fonds d’archives, de revues de presse et de documents parlementaires, permet de vérifier l’hypothèse de la construction progressive d’un antagonisme, grâce à la mobilisation de différentes catégories d’acteurs appartenant ou non au champ artistique. Cette mobilisation s’effectue collectivement par le biais des journaux, au sein des sociétés artistiques, des sociétés de mécènes, de groupements de citoyens et de fédérations de commerçants, sous la forme de discours, de pétitions, d’enquêtes ou de campagnes de presse, ou bien individuellement, à l’initiative des artistes représentés au musée ou de journalistes influents. Toutefois, la remise en question la plus décisive du rôle de l’État provient des utilisateurs du musée eux-mêmes, souvent impuissants face à la pesanteur des rouages bureaucratiques, à la maigreur des budgets alloués aux musées nationaux, et à l’inadaptation des locaux avec lesquels ils doivent composer.
La construction de cette représentation négative se structure autour de moments clés récurrents : vernissage d’un nouvel accrochage des collections, intégration des œuvres d’un legs ou d’une donation, dépôt et discussion d’un rapport sur le budget des Beaux-arts, Expositions universelles, incidents touchant les collections, rumeurs colportées par la presse. Néanmoins, les moments les plus critiques coïncident avec la remise en question de l’existence même du musée, avec la menace de son expulsion, ou avec l’officialisation et la mise en œuvre de projets de relogement, qu’il s’agisse du transfert du musée dans des bâtiments existants, d’extension de ses locaux, ou de leur reconstruction intégrale.
Chacun de ces événements contribue à la cristallisation de thèmes et d’enjeux, qui vont polariser l’essentiel des critiques formulées à l’égard de l’action artistique publique. On peut ainsi dégager quatre thèmes récurrents dans les débats : l’absence d’exemplarité architecturale du musée, incompatible avec le rayonnement artistique de la France et de sa capitale ; l’impossibilité de mobiliser les fonds nécessaires à une résolution définitive de la question de l’exemplarité architecturale ; l’impossible consensus sur la question de localisation du musée dans l’hypothèse de son relogement ; le paradoxe entre la construction d’une expertise des conservateurs en matière de programmation architecturale et l’incapacité de l’État à leur donner les moyens de l’appliquer.
En aucun cas, cependant, cette critique de l’action (ou de l’inaction) de l’État ne débouche, avant 1920, sur des projets de création de musées concurrents et indépendants ; la mobilisation du champ artistique est tournée vers une forme d’assistance à l’État, dans la résolution de la crise qui touche le Musée du Luxembourg.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.