Table ronde “Les Représentations du chantier, XVIe-XXe siècles” – Cité de l’architecture et du patrimoine – 19 juin 2015

Table ronde “Les Représentations du chantier, XVIe-XXe siècles” 

Organisateur : Corinne Bélier (Musée des monuments français) et Valérie Nègre (Ecole nationale supérieure d’architecture Paris La Villette)

Lieu : Cité de l’architecture et du patrimoine

Date : 19 juin 2015

Accédez au site de la cité : cliquez ici

Intervenants :
Yvan Delemontey (Architecte, Laboratoire des techniques et de la sauvegarde de l’architecture moderne, Ecole polytechnique fédérale de Lausanne)
Les représentions du chantier dans les publicités : miroir de la modernisation du bâtiment au temps de la Reconstruction

Anne de Mondenard (Ministère de la culture)
Images de chantier au XIXe siècle : les photographes à l’œuvre

Nicola Navone (Architecte, Archivio del Moderno – Accademia di architettura di Mendrisio, Università della Svizzera italiana)
Saint-Pétersbourg hantée par Domenico Fontana.
La représentation du chantier de la Colonne d’Alexandre (1830-1834) dans les albums d’Auguste de Montferrand et Antonio Adamini

Loïc Waucquez (Aspirant FRS-FNRS, Doctorant, Université Libre de Bruxelles et Vrije Universiteit Brussel)
La représentation du chantier dans la ville au tournant des 18e et 19e siècles : le cas bruxellois à travers les dessins de Vitzthumb

Nicolas-Henri Zmelty (Laboratoire d’Anthropologie Sociale, Collège de France)
Le chantier de l’Exposition universelle de 1900 face à la satire

Discutants :
– Jean-François Belhoste (Ecole pratique des Hautes études)
– André Guillerme (Cnam)
– Guy Lambert (Ecole nationale supérieure d’architecture Paris Belleville, UMR AUSser)
– Bruno Reichlin (Architecte, Université de Genève, Accademia di architettura de Mendrisio)
– Alice Thomine (Musée d’Orsay)

Présentation par les organisateurs : Il existe un très grand nombre de représentations visuelles de chantiers à l’époque moderne et contemporaine qu’il s’agisse d’œuvres « majeures » (peintures, gravures, photographies, films) ou « mineures », (illustrations des revues, films d’actualité, affiches, maquettes d’exposition, livres d’enfants, bandes dessinées, etc.). Le statut des auteurs est aussi extrêmement varié, il peut s’agir d’artistes de premier plan, d’illustrateurs, d’amateurs, et même de professionnels du bâtiment.
Le chantier est une microsociété en soi qui sert bien souvent de métaphore à la société elle-même. Il symbolise le pouvoir, exprime les hiérarchies sociales, sert de support à différentes propagandes. Il peut révéler les idéologies scientifiques et techniques, le mythe du progrès, l’aliénation et la souffrance au travail. Il est aussi une manière de représenter la ville, où il apparaît comme une enclave, un lieu où se côtoient différents mondes (hommes, femmes, enfants, animaux, professionnels, habitants, riches, pauvres). Mais le chantier est aussi un lieu propice au rêve et à l’imagination. Construire, c’est aussi construire un monde nouveau, meilleur. Le chantier symbolise l’invention humaine, l’expression du pouvoir d’évolution de l’homme et par la même de la vie. L’image transforme le chantier promis à la disparition, par nature éphémère, en un objet permanent. Depuis un siècle il tend à apparaître comme provisoirement permanent et depuis peu même, à imposer son esthétique du provisoire aux constructions durables. Au-delà du chantier, il s’agit donc de rendre visibles et publiques les relations entre architecture, pouvoir et société.
A partir de corpus d’images présentés par des « intervenants » et commentées par des « discutants » (historiens, praticiens, conservateurs) la table ronde a pour objectif d’explorer les dimensions sociales, politiques, techniques et artistiques du chantier. Plusieurs thèmes sont proposés à l’étude: le chantier comme représentation du pouvoir politique ; comme critique sociale ; comme représentation de la société, du travail, de la ville ; comme symbole de l’invention humaine, des progrès et des prouesses techniques ; comme lieu de l’éphémère et du permanent ; comme lieu de l’utopie ; comme symbole de la démolition ou de la ruine.



Citer ce billet
Pascal Fort (2015, 12 juin). Table ronde “Les Représentations du chantier, XVIe-XXe siècles” – Cité de l’architecture et du patrimoine – 19 juin 2015. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uz0q

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search