Colloque “L’agriculture urbaine dans le continuum urbain-rural” – Reims – 15 et 16 octobre 2015

Colloque “L’agriculture urbaine dans le continuum urbain-rural” : 5èmes rencontres internationales de Reims en sustainability studies

Lieu : Salle du Conseil – Hôtel de Ville de Reims, 9 Place de l’Hôtel de ville, Reims

Date : 15 et 16 octobre 2015

Organisateur : IRCS (International Research Center on Sustainability)

Accédez au programme : cliquez ici

Extrait du site : Parler de durabilité urbaine n’a aucun sens si l’on s’arrête aux limites de la ville. Tout le monde est d’accord aujourd’hui pour considérer que les politiques urbains durables devraient prendre en compte un continuum urbain-rural, qui va bien au-delà de la ville dense et minérale dans ses limites administratives. Mais, ce constat une fois posé, comment s’y prendre pour construire des politiques réellement durables sur des ensembles aussi complexes ? L’agriculture urbaine peut être une réponse. Il ne s’agit d’ailleurs pas d’une idée si récente que cela: Des pratiques d’agriculture urbaine existent depuis des siècles un peu partout dans le monde, comme avec les chinampas de Mexico, les hortillonnages d’Amiens ou l’agriculture d’interstice qui accompagna la création de Yaoundé au 19ème siècle.

Mais comment intégrer concrètement cette agriculture dans l’aménagement des espaces urbains et dans les politiques de transitions urbaines à la durabilité ? Les jardins familiaux ou ouvriers, les jardins communautaires, et l’agriculture urbaine de production, peuvent être trois choses complétement différentes, tant dans leurs objectifs que dans leurs effets. La place de chacune d’elles varie également selon les lieux et les cultures. Dans de nombreuses régions d’Amérique Centrale ou d’Inde, l’agriculture urbaine est avant tout une question de sécurité alimentaire, fortement reliée à la lutte contre la pauvreté. A l’inverse, dans les villes d’Europe ou d’Amérique de Nord, l’agriculture urbaine est surtout synonyme d’innovation sociale et d’amélioration de la qualité de vie. Elle est supposée, renforcer les relations de voisinage et contribuer à la constitution de paysages urbains de qualité. Les principales expressions de cette approche sont les jardins communautaires et les jardins familiaux. Cependant, ces dernières années on vu la prolifération projets très différents dans les métropoles des pays développés, qui ont tous en commun de combiner une agriculture de production —proche de l’agro-industrie— et technologies complexes dans la logique des smart-cities : agritecture, tree-Like skyscrapers, vertical farming (culture ou élevage dans d’immenses immeubles serres, ou des surfaces verticales format des murs). S’agit-il toujours d’agriculture urbaine, ou non? L’agriculture urbaine peut-elle être une clé favorisant la transition à la durabilité des espaces urbains et renforçant un continuum urbain-rural, ou non ? Et si oui, quel type d’agriculture urbaine, celle des jardins familiaux et communautaires ou celle de grandes unités de production high-tech? Et dans tous les cas, pour quels avantages et pour quelles nuisances? Voici quelques unes des questions qui seront abordées lors des 5ièmes Rencontres Internationales de Reims on Sustainability Studies.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.