Séminaire n°3 de “Explorations figuratives : les nouvelles lisibilités du projet” – Axe transversal de l’UMR AUSser – ENSA Paris-Belleville – 05 novembre 2015

AUSSER_5NOV_RECHERCHE-PROJET_2Séminaire n°3 de “Explorations figuratives : les nouvelles lisibilités du projet” – Axe transversal de l’UMR AUSser: “La représentation du projet comme outil de recherche”

Lieu : ENSA Paris-Belleville, Amphitéâtre Bernard Huet, 60 bd de la Villette, 75019 Paris

Date : 05 novembre 2015, 11h-15h30

Accédez aux actions 2015/2016 de cet axe : cliquez ici

Programme :
11.00 Introduction Béatrice Mariolle et Elisabeth Essaïan.

11.30 Le projet producteur de connaissances.
Paola Viganò, architecte, urbaniste, professeur EPFL, Università IUAV.

12.30 Déjeuner

14.00 Recherche pour le projet
Susanne Eliasson et Anthony Jammes, architectes, urbanistes

15.00 Débat Richard Scoffier, architecte, théoricien

15.30 Conclusion

LA REPRESENTION DU PROJET COMME OUTIL DE RECHERCHE

Coordination : Elisabeth Essaïan et Béatrice Mariolle

L’axe transversal « Explorations figuratives, nouvelles lisibilités du projet » répond à notre volonté  d’interroger l’évolution rapide des représentations et la multiplication de démarches expérimentales  dans les pratiques du projet contemporain. Prenant acte du caractère mouvant et instable des nouvelles formes de représentation, notre dispositif de recherche, lui-même exploratoire, questionne la relation entre production d’images, processus de conception et de communication.

Lors de cette troisième rencontre, nous souhaiterions questionner la représentation du projet architectural inscrit dans une démarche de recherche.

Dans le champ architectural, la notion de « projet » recouvre des réalités très variées dont le sens peut prêter à confusion et qui renvoient à des outils de représentation très diverses. Suivant le contexte de son emploi, ce terme peut désigner le moment de conception, plus ou moins solitaire, nourri de divers matières et matériaux (visites de site, documentations, recours aux références, etc.) et donnant lieu à des formes de visualisations dont l’objectif premier n’est pas la communication des idées aux autres. Il peut également (mais pas nécessairement – certains projets restent des «architectures de papier ») renvoyer à toute la longue chaine de fabrique qui va de l’idée à sa matérialisation physique et suppose la rencontre avec une multiplicité de facteurs et d’acteurs, ainsi que la production de visualisations nécessaires à la bonne mise en partage des idées. Il désigne enfin, par extension, et l’on peut dire par abus de langage, l’objet fini, quand bien même celui-ci ne soit plus en projet. Sous ces différentes acceptions– projet comme moment de conception, projet dans sa fabrique et sa mise en partage avec divers acteurs, projet comme objet fini – le projet constitue un objet de recherche reconnu.

Mais dans cette séance, il sera plus particulièrement question du projet en tant qu’explorations spatiales inscrites dans une pratique de recherche. Nous nous interrogerons sur les outils, voire les  conditions de figuration, permettant au projet de définir des problématiques, de participer à part  entière au processus d’enquêtes et d’investigations, de produire de la connaissance et de contribuer à l’élaboration d’un savoir transmissible.

Cette séance permettra de confronter deux approches :

–          Celle d’une chercheure et praticienne, Paola Viganò, auteur de nombreux ouvrages dont Les territoires de l’urbanisme, où le projet est abordé en tant que producteur de connaissance.

–          Celle de deux jeunes praticiens, Susanne Eliasson et Anthony Jammes, du groupe GRAU, qui développent une démarche innovante d’écriture architecturale du projet, sous forme de diagrammes abstraits et de représentations conceptuelles, comme une aide au développement de la pensée.

Les débats seront modérés Richard Scoffier.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.