Soutenance de HDR d’Estelle Thibault – ENSA Paris-Belleville – 27 octobre 2015

Estelle Thibault (directrice de l’IPRAUS) a le plaisir de vous annoncer la soutenance de ses travaux en vue de l’obtention du diplôme d’habilitation à diriger les recherches.

Lieu : École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville, 60 Boulevard de la Villette 75019 Paris, Salle des enseignants

Date : 27 octobre 2015, 14h

Accédez à l’annonce : Thibault_annonce HDR

Jury :
Rapporteurs : Laurent Baridon (Professeur, Université Lyon 2) ; Martin Bressani (Professeur, Université McGill, Montréal) ; Rossella Froissart (Professeur, Université Aix-­‐Marseille).
Examinateurs : Renaud d’Enfert (Professeur, Université de Picardie) ; Valérie Nègre (Professeur, ENSA Paris-­‐la-­‐Villette) ; Mercedes Volait (Directeur de recherche, InVisu USR 3103-­‐CNRS/INHA).
Tuteur de l’habilitation : Jean-­‐Louis Cohen (Professeur des universités, Institute of Fine Arts, New-­‐York).

Titre du dossier d’habilitation : Architecture, sciences de l’esthétique et théories de la forme
Mémoire : Démontrer l’ornement. Jules Bourgoin (1838-1908)
Le dossier présenté en soutenance se compose de trois documents. La note de synthèse (vol. 1) fait retour sur un parcours de recherche en école d’architecture. Elle s’accompagne d’une sélection de travaux (vol. 2) distribués en quatre ensembles thématiques : Esthétiques scientifiques et rationalismes ; Architecture : enseignement, diffusion, transmission ; Art total, art social ; Théories de l’ornement et sciences de la forme.
À la croisée de ces questions, le mémoire (vol. 3) examine, en suivant la trajectoire intellectuelle de l’architecte et théoricien de l’ornement Jules Bourgoin, un ensemble de réflexions sur la définition d’une science des formes pour les arts techniques. Partant d’une critique radicale des doctrines dominantes prônant l’alliance de l’art et de l’industrie, il envisage la fondation d’une discipline spécifique capable d’adosser tant l’analyse que la création. Bien que menés par un chercheur relativement solitaire, en marge des institutions académiques et des cercles artistiques, les travaux de Bourgoin n’en éclairent pas moins un vaste contexte de débats sur les pédagogies du dessin, de l’ornement et de l’architecture, à l’âge de la mécanisation et de la démocratisation de l’éducation artistique. Nourri d’une culture scientifique et philosophique approfondie, son projet d’une morphologie pour les arts d’ornement, incompris en son temps, trouve des résurgences au siècle suivant.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.