“Rapport : Les gares du Nouveau Grand Paris – Evaluation des dispositifs de réalisation mis en oeuvre sous l’autorité de l’Etat” / ROSTAGNAT Michel, TRÉGLODÉ Hervé de, FLORETTE Anne, FRANCE. Conseil général de l’environnement et du développement durable, novembre 2015

Rapport sur “Les gares du Nouveau Grand Paris – Evaluation des dispositifs de réalisation mis en oeuvre sous l’autorité de l’Etat” / ROSTAGNAT Michel, TRÉGLODÉ Hervé de, FLORETTE Anne, FRANCE. Conseil général de l’environnement et du développement durable. – Paris : Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, septembre 2015. – 1 Vol. (88 p.)
Accédez à la version intégrale en ligne : cliquez ici

Présentation par les auteurs : La mission s’est particulièrement intéressée aux gares liées au Grand Paris Express (GPE), nouveau réseau de lignes rapides à grande capacité réalisé pour l’essentiel par la Société du Grand Paris (SGP). Au-delà de la fonction de desserte, ces gares ont trois autres fonctions : l’interconnexion avec les autres réseaux ferrés, l’intermodalité avec les modes actifs et les modes motorisés et l’aménagement des quartiers riverains. La mission conclut à une bonne prise en compte de l’interconnexion, sauf pour trois sites. Elle constate que l’intermodalité est peu appréhendée par la SGP dans les projets de gares. Il convient qu’une démarche opérationnelle de projet s’engage pour chaque gare. Elle est convaincue que le réseau du GPE va conférer une attractivité nouvelle au transport collectif en Ile-de-France. Toutefois, des conditions apparaissent nécessaires pour chaque gare afin que le projet d’intermodalité aboutisse. Le pilote du comité de pôle doit être Grand Paris, tous les acteurs publics concernés doivent en être membres et considérés comme des contributeurs potentiels au financement des équipements. Un échéancier de l’élaboration du projet doit être défini et suivi. La mise en place d’un assistant à maîtrise d’ouvrage (AMO) unique pour l’intermodalité et l’aménagement a vocation à assurer la cohérence et l’optimisation du projet global. Les besoins d’accès et de stationnement doivent être définis pour chaque gare. Le projet d’intermodalité doit faire l’objet de financements spécifiques et identifiés dans les budgets des acteurs concernés. Concernant l’aménagement des quartiers riverains, deux types de situation apparaissent selon les gares. Dans les deux cas, la mission recommande que la programmation des équipements liés à l’intermodalité soit engagée par le comité de pôle dans une vision réaliste et ouverte des évolutions possibles des comportements des voyageurs. Enfin, la mission recommande que des protocoles fonciers globaux entre la SGP et chaque propriétaire public soient prévus d’ici fin 2015.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.