Conférence de Réjean LEGAULT, chercheur invité à l’IPRAUS “L’indiscipline du matériau : Rudolf, Pei, Kahn… et Le Corbusier” – ENSA Paris-Belleville – 9 décembre 2015

Conference R.  Legault-1Conférence de Réjean LEGAULT, chercheur invité à l’IPRAUS “L’indiscipline du matériau : Rudolf, Pei, Kahn… et Le Corbusier”

Lieu : ENSA Paris-Belleville, Amphi central, 60 Bd de la Villette 75019 Paris

Date : 9 décembre 2015, 18h

Travaillant depuis plusieurs années sur la question des rapports entre matériau et modernité architecturale, j’ai été amené à étudier plusieurs bâtiments emblématiques de l’architecture américaine des années soixante. Fondées sur l’analyse attentive des archives et des objets bâtis, ces études examinaient la façon dont leurs concepteurs ont négocié le passage du béton figuré à sa réalisation matérielle, en un processus que j’ai appelé « la matérialisation des matériaux ».
Empruntant aux travaux qui replacent le matériau et le « faire » au centre de la réflexion théorique en art et en anthropologie, la conférence propose une relecture de mes essais sur Paul Rudolph, I.M. Pei et Louis Kahn, ainsi qu’un retour sur leur influence première : le béton brut de Le Corbusier. Ce nouvel éclairage invite à penser que la production des formes matérielles découle d’une véritable lutte entre l’architecte et la matière, en un processus où se manifeste « l’indiscipline du matériau ». La conférence vise ainsi à jeter un autre regard sur le travail créatif de l’architecte, et le processus de concrétisation de l’objet architectural.

Réjean Legault, professeur à l’Université du Québec à Montréal, est accueilli à l’IPRAUS pour l’année universitaire 2015-2016, sur le programme d’invitation des chercheurs étrangers d’Université Paris-Est.

Diplômé en architecture de l’Université de Montréal, Réjean Legault poursuit ses études en histoire et théorie de l’architecture au Massachusetts Institute of Technology (Boston). Il obtient son Ph.D. du M.I.T. en 1997 avec une thèse intitulée « L’appareil de l’architecture moderne : New Materials and Architectural Modernity in France, 1889-1934 ». De 1991 à 1995, il travaille comme chargé d’études au Centre d’archives d’architecture du XXe siècle de l’Institut français d’architecture à Paris. De 1996 à 2000, il assure la mise sur pied et la direction du Centre d’étude du Centre Canadien d’Architecture à Montréal. Depuis 2001, il est professeur à l’École de design de l’Université du Québec à Montréal où il enseigne au programme de maîtrise en design de l’environnement ainsi qu’au DESS en architecture moderne et patrimoine.

Ses recherches portent sur l’historiographie de l’architecture moderne, sur la culture architecturale en Amérique du Nord, et sur la tectonique et les cultures constructives. Ses publications incluent Anxious Modernisms: Experimentation in Postwar Architectural Culture (coédité avec Sarah Williams Goldhagen, The MIT Press, 2000) ainsi que de nombreuses contributions dans des revues spécialisées, des ouvrages collectifs et des catalogues d’expositions.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.