Soutenance de thèse de Miguel Ángel de la Cova Morillo-Velarde : “Objets: Projet et Maquette dans l’œuvre de Le Corbusier” – Séville (Espagne) – 11 janvier 2016

Soutenance de thèse en co-tutelle entre l’Université de Séville et l’École Doctorale Université Paris-Est intitulée “Objets: Projet et Maquette dans l’œuvre de Le Corbusier” présentée par : Miguel Ángel de la Cova Morillo-Velarde,

sous la co-direction de:

Mme Caroline Maniaque. Professeur. HDR. École Nationale Supérieure d’Architecture Normandie. France.

M. Amadeo Ramos Carranza. Profesor. Escuela Técnica Superior de Arquitectura de Sevilla. Espagne.

Jury composé de :

  • M. Jean-Louis Cohen. Sheldon H. Solow Professor in the History of Architecture. HDR. Institute of Fine-Arts. New York University. (Président).
  • M. Jorge Torres Cueco. Profesor Catedrático. Escuela Técnica Superior de Valencia (Rapporteur).
  • M. Laurent Baridon. Professeur. HDR. Université Lyon 2 (Rapporteur).
  • Mme Josefina González Cubero. Profesora titular. Escuela Técnica Superior de Arquitectura de Valladolid. (Examinateur).
  • M. Luis Burriel Bielza. Maître Assistant. École Nationale Supérieure d’Architecture Paris-Belleville (Examinateur).

Date : lundi 11 janvier 2016 à 11h.

Lieu : Escuela Técnica Superior de Arquitectura de Sevilla , 2 Avenida Reina Mercedes, Salón de Grados, Séville (Espagne)

Résumé de la thèse : La thèse considère le rôle des maquettes tout au long de la carrière de Le Corbusier, un outil qui l’accompagne de ses premières recherches en 1906 jusqu’à ses derniers projets en 1965. Les maquettes réalisées sous la supervision de Le Corbusier – les matériaux et les échelles utilisés, leurs présentations, leurs objectifs, etc. – présentent des aspects spécifiques : elles sont le travail non seulement d’un architecte, mais aussi d’un artiste plasticien. L’identification d’objets de différentes tailles (pierres, bouteilles, coquillages…) avec son architecture souligne ces métamorphoses scalaires qui caractérisent son processus créatif. La maquette surgit comme un agent intermédiaire entre les valeurs poétiques de ces objets inspirateurs et l’architecture à venir. La formation artistique et artisanale de Le Corbusier et de ses collaborateurs les a conduit à réaliser des maquettes à partir de systèmes et des techniques des beaux-arts ou des arts et métiers. Des transferts se sont opérés entre ces méthodes d’élaboration et les architectures en gestation: une synthèse entre la forme et la matière.

A l’héritage de Le Corbusier, correctement révisé, il faut ajouter la pertinence de réinterroger les relations entre forme et manualité, présentes dans les lectures de l’architecte-artiste, les textes de Henri Focillon notamment. Une main tendue à l’ère du numérique.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pascal Fort (18 décembre 2015). Soutenance de thèse de Miguel Ángel de la Cova Morillo-Velarde : “Objets: Projet et Maquette dans l’œuvre de Le Corbusier” – Séville (Espagne) – 11 janvier 2016. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/uz5g


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search