Soutenance de thèse de Véronique PATTEEUW “Architectes sans architecture : le dispositif éditorial et les aspirations à la figure de l’architecte-intellectuel (Paris, 1958-1974)” – Bruxelles – 9 janvier 2016

Soutenance de thèse de Véronique PATTEEUW “Architectes sans architecture : le dispositif éditorial et les aspirations à la figure de l’architecte-intellectuel (Paris, 1958-1974)”?,  sous la direction de Dominique Rouillard et la co-direction de Hilde Heynen/UNIVERSITE PARIS -EST , Ed Ville, Transports et Territoires/ENSA Paris Malaquais/Laboratoire LIAT – Thèse de doctorat en architecture

Lieu : KULeuven, Faculté d’architecture . Campus Sin-Lucas Brussels, 65-67 rue des Palais, Bruxelles

Date : 9 janvier 2016

Jury :

Professeure Dominique ROUILLARD Université Paris-Est / ENSA Paris-Malaquais, Directrice de thèse

Professeure Hilde HEYNEN Katholieke Universiteit Leuven, Co-directrice de thèse

Professeur Jacques GUBLER Université de la Suisse italienne, Mendrisio, Rapporteur

Professeur Pascal ORY Université Paris 1 / Sorbonne, Rapporteur

Professeur Jean-Louis VIOLEAU Université, Paris-Est / ENSA Paris-Malaquais, Examinateur

Résumé de la thèse : La période qui s’étend de la fin des années 1950 à la fin des années 1970 est marquée, en France, par de profonds bouleversements sur le plan politique, économique et social ; bouleversements qui trouvent un écho dans les grandes questions qui traversent le champ architectural. On passera de la Reconstruction de la France à la crise urbaine, et du constat d’échec de l’urbanisme moderne au retour à la question de la ville, de l’histoire et des fondements de la discipline architecturale. Cette mutation est vécue et nourrie par la génération des architectes-intellectuels formés dans les années 1960 à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts à Paris. Portés par la question de l’autoreprésentation, ils revendiquent l’importance d’une ré-intellectualisation de leur discipline et se positionnent à l’encontre d’une pratique architecturale pragmatique. Leurs actions s’expriment, s’articulent et se concrétisent au sein d’une série de revues initiées, fondées et/ou investies par ces acteurs même. Si la question de l’autoreprésentation devient le référentiel et l’enjeu central de ces architectes, c’est au travers de leurs activités éditoriales qu’ils repensent leur enseignement, leur métier et leur pratique. L’objectif de la thèse est de mettre en évidence, d’une part le renouvellement des problématiques et des aspirations de ces architectes français, et d’autre part le rôle productif du dispositif éditorial dans la conception des nouvelles représentations qu’ils proposent. Si leurs activités éditoriales permettent d’articuler les relations entre le champ architectural, leurs positions et leurs aspirations, elles mettent également en évidence en quoi les outils éditoriaux à disposition construisent les différentes facettes de la figure de l’architecte-intellectuel qu’ils désirent devenir. La thèse vise à éclairer l’implication des activités éditoriales sur la pensée architecturale des années soixante, sur le décloisonnement de la pédagogie architecturale et sur la mutation de l’autoreprésentation des jeunes architectes. Elle démontre également en quoi ces revues ont contribué à la mise entre parenthèse de la pratique architecturale qui aboutit in fine à des architectes sans architecture.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search