Appel à contribution pour la journée d’étude “Transport artisanal et mobilités urbaines : espaces et enjeux contemporains”

Appel à contribution pour la journée d’étude “Transport artisanal et mobilités urbaines : espaces et enjeux contemporains”

Date limite : 10 janvier 2016

Accédez à l’appel : cliquez ici

Comité scientifique :

Frédéric AUDARD (Maître de Conférences en Géographie, Aix-Marseille Université, UMR 7300 ESPACE)
Chantal CHANSON-JABEUR (Ingénieur de recherche en Histoire contemporaine, Université Paris Diderot, UMR 245 CESSMA)
Rémi DESMOULIERE (Doctorant en Géographie, INALCO, UMR 245 CESSMA)
Léa WESTER (Doctorante en Géographie, Aix-Marseille Université, UMR 7300 ESPACE)

Lieu : Université Paris Diderot, bâtiment Olympe de Gouges, 8 Place Paul-Ricœur, 75013 PARIS

Argumentaire extrait du site de Calenda : Des millions de citadins à travers le monde se déplacent quotidiennement grâce à des transports dont la gestion et le fonctionnement ne sont pas – ou ne sont que partiellement – centralisés (Cervero, 1997, Godard, 2002). Ces transports, couramment qualifiés d’« informels », se sont développés dans des métropoles des pays en développement pour répondre à une demande croissante à laquelle les politiques de transport n’ont pas été en mesure de répondre, par manque de ressources à la fois financières et institutionnelles (Cervero, Golub, 2011 : 489). La notion de transport artisanal permet de dépasser la catégorie stigmatisante et finalement peu opératoire de « transports informels ». Elle insiste sur le caractère éclaté de la propriété des véhicules, mais aussi et surtout sur le haut degré d’autonomie et de responsabilité des chauffeurs et autres personnels de terrain (Godard, 2008 : 1-2).

Relativement peu abordés par les différentes disciplines des sciences sociales et de l’aménagement du territoire par rapport aux réseaux centralisés et planifiés, les transports artisanaux représentent pourtant aujourd’hui une composante majeure des systèmes de transport dans les villes des pays en développement. Au-delà des discours à charge, les assimilant à une manifestation du sous-développement, des études ont mis en évidence certains de leurs atouts, notamment de faibles coûts directs pour les pouvoirs publics et une grande flexibilité, à la fois spatiale et temporelle (Goldblum, 2001 : 19, Ferro, Breuil, Allaire, 2015 : 13). Dans de nombreuses villes, ils constituent l’unique offre de transport en commun accessible aux citadins. De grandes métropoles des pays en développement voient les transports artisanaux côtoyer de nouveaux systèmes de type centralisé. La progression de la motorisation privative s’ajoute à ce phénomène et pose la question de l’adaptation du transport artisanal à ce nouveau contexte. Dans le même temps, l’avènement de l’économie collaborative et la libéralisation croissante font émerger des systèmes de transport qui pourraient être qualifiés d’artisanaux dans des villes développées.

Le but de cette journée d’étude est de rassembler des étudiants (master, doctorat) et des chercheurs confirmés issus de l’ensemble des disciplines des sciences sociales et du champ des transports (anthropologie, économie, géographie, génie urbain, histoire, sociologie, urbanisme…) pour mener une réflexion sur le fonctionnement et l’évolution des transports artisanaux dans des contextes variés. Nous lirons donc avec intérêt des propositions de communication portant sur les transports artisanaux dans toute leur diversité, ce qui inclut à la fois les modes collectifs (bus, minibus, taxis collectifs) et individuels (taxis-motos, tricycles motorisés ou non).

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search