Soutenance de thèse Carlos GOTLIEB : « L’évolution de la notion de projet urbain en Espagne : les cas de Madrid et de Barcelone » – Vendredi 29 janvier 2016 à l’ENSA Paris-Belleville

Doctorat en  architecture

Thèse en cotutelle entre l’Université  Paris 8    –  Ecole Doctorale «Sciences Sociales »
et l’Université Polytechnique de Madrid Ecole Technique Supérieure d’Architecture

Date et lieu de soutenance : 29 janvier 2016 à 14h30 à l’ENSA Paris‐Belleville, salle des enseignants 60, Boulevard de la Villette – 75019 Paris

Jury :

  • M .Charles GOLDBLUM, professeur des Universités émérite, Université Paris 8 (directeur de thèse)
  • M. José Maria EZQUIAGA DOMINGUEZ, professeur à l’Ecole Technique Supérieure d’Architecture de Madrid Université Polytechnique de Madrid (directeur de thèse)
  • Mme. Claire PARIN, professeur à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux
  • M. Carlos LLOP TORNE,  professeur à l’Ecole Technique supérieur d’Architecture du Vallès, Université Polytechnique de Catalogne
  • M. Francis NORDEMANN, professeur à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris‐Belleville

Résumé de la thèse :

La réflexion sur la notion de projet urbain reste toujours d’actualité du fait des nouveaux processus de mutation qui s’opèrent, dans les territoires urbanisés, à partir de l’émergence des phénomènes de globalisation et de métropolisation.

Mot « valise », l’expression de projet urbain fait son apparition dans les années 1980 en Europe occidentale, en réaction à la démarche de planification urbaine en vigueur pendant les « trente glorieuses ». Face aux excès de la vision fonctionnaliste de ces années-là et au coup d’arrêt des grands projets d’extension, la notion de projet urbain apparaît comme une démarche, un nouvel ensemble d’actions qui s’intéresse à la conception de la forme de la ville, s’occupant en priorité de la restructuration des territoires tombés en obsolescence pendant la crise des années 1970. Cette nouvelle posture doctrinale revendique la fondation d’un savoir spécifique, consacré à la mise en forme de la ville ou de morceaux de ville, qui intègre en lui-même deux notions : celle du « projet », qui fait référence à une démarche de conception spatiale propre aux architectes ; celle de « l’urbain » qui fait état d’une réalité complexe qu’on veut préfigurer.

La nature des territoires d’application de la démarche de projet urbain a toutefois changé au gré des évolutions économiques et sociales. Alors que dans les années 1980 les projets urbains s’intéressaient prioritairement au remodelage des secteurs à l’intérieur des villes, en particulier à ceux déstructurés ou fortement « impactés » par la crise, dans les décennies suivantes le centre d’intérêt s’est déplacé vers des secteurs périphériques touchés par le phénomène de métropolisation. Dans  les débats qui se sont installés autour de ces questions, certains auteurs en viennent même à se demander si la démarche de projet urbain n’est pas devenue anachronique pour ces types de territoires où les rythmes du processus d’urbanisation se sont accélérés et pour lesquels la définition de structures pouvant les préfigurer devient une tâche extrêmement délicate.

Aussi, alors qu’à ses débuts la démarche du projet urbain était plutôt investie d’un rôle social ou culturel, dans les années  1990 et 2000 l’intérêt s’est déplacé vers la conception d’opérations plus sophistiquées capables d’accompagner la réussite économique des villes et leur positionnement à une échelle mondiale.

Partant de ces constats, il est donc apparu opportun de dresser un état des lieux de la notion de projet urbain, s’intéressant particulièrement à trois types de questionnements :

  • La capacité réelle de cette démarcheà fabriquer des espaces porteurs de qualité spatiale, celle-ci comprise comme rapport équilibré entre formes urbaines et intensité des pratiques collectives y ayant lieu,  au regard des nombreuses expériences qui ont vu le jour depuis l’émergence et l’application de cette démarche en remplacement de celle de la planification ;
  • L’évolution de la démarche de projet urbain, s’interrogeant notamment sur sa marge de manœuvre pour intervenir dans de nouveaux types de territoires, très différents de ceux auxquels cette démarche était confrontée dans la période de sa mise en application première ;
  • La validité de la démarche de projet urbain pour répondre à des nouveaux enjeux auxquels les villes sont confrontées dans le contexte de la globalisation et de la métropolisation.

En termes d’efficacité, cette recherche s’est orientée sur le choix de l’Espagne, plus particulièrement sur les villes de Madrid et Barcelone qui ont constitué, ces quarante dernières années, un laboratoire très riche d’application de la notion de projet urbain.

L’Espagne s’est, en effet, caractérisée par une accélération de la production urbaine à partir des premières élections municipales libres, organisées en 1979, où bon nombre de projets furent matérialisés, afin de rattraper l’énorme retard cumulé par rapport au reste des pays d’Europe Occidentale du fait de l’isolationnisme de la période franquiste.

Deux phénomènes particuliers vont nourrir la nouvelle production urbaine de cette période :

  • d’une part, une volonté politique délibérée des pouvoirs locaux pour définir des projets de restructuration des villes qui visent tout particulièrement à donner une réponse aux attentes de la société non satisfaites pendant les quarante années de franquisme ;
  • d’autre part, l’entrée en scène de nouveaux cadres professionnels de l’architecture et de l’urbanisme, relégués jusque-là dans les milieux académiques. Ces nouveaux techniciens, se nourrissant de l’ensemble des réflexions menées dans des universités et villes d’Europe Occidentale, vont passer à l’acte en adhérant de manière très affirmée à la doctrine du projet urbain. Ce sont ces professionnels qui prennent en grande partie la tête des équipes municipales d’urbanisme après les premières élections locales libres de 1979.

Pilotées par des concepteurs qui trouvent un contexte très favorable pour expérimenter la mise en application des postures du projet urbain, les villes entreprennent, à partir de la fin des années 1970, une dynamique de transformation urbaine sans précédent pour sortir d’un état d’immobilisme accablant. Les  projets dans lesquels la nouvelle doctrine d’intervention spatiale est expérimentée à Madrid et à Barcelone, portent sur des territoires dont l’échelle et la complexité des problèmes tendent progressivement à s’accroître.

Ces projets, matérialisés sur des sites très divers et sur près de quatre décennies, constituent un échantillon très significatif pour étudier l’évolution de la notion de projet urbain.  Il s’agit d’une période pendant laquelle l’Espagne a quitté son rôle de pays « récepteur »  d’idées en matière d’urbanisme pour devenir un pays « émetteur », très impliqué dans les débats internationaux sur la production de la ville et du territoire.

Télécharger le résuméresumé thèse Carlos GOTLIEB


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *