Appel à contributions “Les mobilités au dedans et au dehors : quels progrès possibles pour l’évaluation et l’analyse ex-post des interactions mobilités, transports et économie des territoires ?”

Appel à contributions pour la session spéciale “Les mobilités au dedans et au dehors : quels progrès possibles pour l’évaluation et l’analyse ex-post des interactions mobilités, transports et économie des territoires ?” dans le cadre du 53ème colloque de l’Association de Science Régionale de Langue Française 7 au 9 juillet 2016 à Gatineau, Québec, Canada. Territoires et frontières : le développement à l’épreuve des régions frontalières

Date limite pour l’envoi des propositions de communication : 22 février 2016

Contact : Philippe Poinsot,  philippe.poinsot@u-pem.fr

Accédez à l’appel : S16 – appel Mobilités dedans dehors

Accédez au site : cliquez ici

Présentation : La session spéciale s’intéresse à l’économie des territoires – aux processus qui se produisent en interne comme à l’externe – du point de vue des relations qu’entretiennent les transports (infrastructures et services), les mobilités et le développement des territoires (croissance et/ou développement). Il s’agit d’une part de revenir sur les méthodes d’analyse et d’évaluation ex-post des effets des transports. L’accent sera particulièrement mis sur les méthodes qui cherchent à prendre en compte la spécificité des territoires, et/ou qui mobilisent différentes échelles spatiales et/ou temporelles pour étudier ces relations. D’autre part, la session cherche à comprendre ce que l’étude et l’analyse des mobilités peuvent nous apprendre sur les dynamiques économiques des territoires – dans leur organisation interne comme dans le cadre d’échanges au-delà de leurs frontières.
L’un des débats les plus tenaces en économie des transports concerne les influences des infrastructures de transport sur la croissance et le développement des territoires. Il a longtemps été admis que le transport exerçait un effet positif automatique et uniforme sur le développement économique régional et local (voir, par exemple, Deloche, 1988 ; Llanos, 1994 ; Monzon, 1988 ; Quinet, 1992). Cette causalité directe a progressivement été remise en cause (Bazin, Beckerich, Delaplace & Masson, 2006 ; Blanquart, Delaplace, 2009 ; Bonnafous & Plassard, 1974 ; Offner, 1993 ; Plassard, 1977, 2003 ; Vickerman, 1991), pour céder la place à une causalité indirecte ou à une causalité conditionnée. Plus précisément, plusieurs recherches ont souligné que ces effets étaient très variables selon les caractéristiques et les dynamiques des territoires étudiés et selon les échelles spatiale et temporelle considérées (Bretagnolle, 1999).

Cela a conduit la recherche à essayer de développer et de perfectionner les méthodes d’évaluation ex-ante (Boiteux, 2001 ; Quinet, 2013) en s’appuyant d’une part sur les méthodes et les résultats de la nouvelle économie géographique (Krugman, 1990 ; Duranton, 1997 ; Lafourcade, 1998 ; Combes et Lafourcade, 2005), et d’autre part sur le développement de modèles transport-urbanisme (ou « Land Use Transport Interaction »). Du côté des méthodes d’évaluation ex-post des relations transport-territoire – prévues dans le cadre de la loi LOTI, un état de l’art conduit à la conclusion que les méthodes actuelles sont insatisfaisantes pour comprendre, caractériser, analyser et évaluer le rôle des transports dans des espaces différenciés (Bonnafous, 2014) et plus généralement les interrelations entre transports, mobilités et territoires.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.