Séminaire des doctorants de l’UMR AUSser – ENSA Paris-Belleville – 9 février 2016

Séminaire des doctorants de l’UMR AUSser – ENSA Paris-Belleville – 2015/2016

Lieu : ENSA Paris-Belleville, IPRAUS, salle vitrée, Bât. B, 3ème étage, 60 bd de la Villette, 75019 Paris

Les séminaires ont lieu le mardi à 12h dans la salle vitrée de l’Ipraus pour manger sur le pouce en écoutant l’un d’entre nous présenter sa thèse/son avancement/ses problèmes actuels.
La suite de la séance est consacrée à différents sujets sur l’après-thèse, les concours, les formations…

Date : 9 février 2016 : Alison Gorel le Pennec : “ENSEIGNEMENT DU PROJET ET RÉÉVALUATION CRITIQUE DE L’ARCHITECTURE MODERNE :
PERSPECTIVES CROISÉES ENTRE PARIS ET NEW YORK”

Résumé de la thèse : Dès 1964 à New York, avec l’arrivée de John Hejduk à l’école d’architecture Irwin S. Chanin, à la Cooper Union School for the advancement of Science and Art, et dès 1969 à Paris, avec Henri Ciriani intégrant l’unité pédagogique d’architecture n°7 en tant qu’assistant d’André Gomis, se mettent en place progressivement de part et d’autre de l’Atlantique des enseignements du projet présentant une théorisation a posteriori de l’espace de l’architecture moderne. John Hejduk et Henri Ciriani entendent analyser procédés et modes opératoires de cette architecture afin de les intégrer consciemment dans leur pédagogie du projet. Opérant une intellectualisation du processus projectuel, ils s’appliquent à la fabrique d’un enseignement proposant une manipulation personnelle d’un vocabulaire formel des éléments architecturaux comme le carré, le poteau ou la poutre. Ces pédagogies invitent les étudiants à raisonner sur l’espace à travers une pratique intense du dessin. Construites face à la pression politique et sociologique qui s’exerce sur l’architecture au cours des années 1960 et 1970, elles tendent à une maîtrise formelle du projet d’architecture poussée jusqu’à l’abstraction spatiale.

Ce travail de recherche entend explorer les problématiques des transferts culturels transatlantiques en cherchant à identifier les interférences entre ces deux systèmes pédagogiques dès leurs origines. Il s’agit de montrer que la convergence et les interactions entre deux enseignements autonomes à l’origine mais fondés l’un et l’autre sur une théorisation a posteriori de l’espace de l’architecture moderne contribue à les déterminer l’un et l’autre. Dans quelle mesure ces pédagogies évoluent-elle parallèlement et dans quelle mesure présentent-elles au contraire des points de rencontre essentiels qui opéreraient à partir d’éléments concrets tels que des expositions, des conférences ou des publications ?

Dans la continuité de cette question, qui revient à se demander dans quelle mesure la scène architecturale américaine est importante dans la fabrique de l’enseignement initié par Henri Ciriani et quelle place est faite à la scène architecturale française dans la fabrique de l’enseignement dispensé à la Cooper Union School, il est intéressant d’observer à partir de quelles connaissances du Mouvement moderne Henri Ciriani, John Hejduk et leurs collègues opèrent.

Ce champ des connaissances de l’architecture moderne étant si vaste et si complexe, il s’agit nécessairement de segments limités. Quels sont-ils ? Quelles sont les différences et les points de convergence ? Quelle est l’histoire de la construction de ces connaissances qui fondent et informent leur travail d’enseignant ?

L’hypothèse au cœur de ce sujet d’étude est la suivante : ces pédagogies de John Hejduk et Henri Ciriani transmettant un savoir de la forme engendreraient une production formaliste présentant l’architecture de papier comme le seul lieu où une architecture parfaite pourrait être aboutie. Témoignant d’un intellectualisme se référant à un discours poétique, les rendus des étudiants auraient un caractère idéaliste et dramatique : l’architecture ne serait possible que dans le cas de projets théoriques. D’où, par conséquent, cette question : comment ce discours sur la forme se transforme-t-il en savoir professionnel ? Les tenants de cette conception de l’architecture revendiquent, avec provocation, la capacité de répondre aux problèmes de la société exclusivement par des formes. Le propre de cette profession ne serait pas selon eux de s’intéresser aux usages et à la dimension sociale du projet mais de mettre ce dernier en forme.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.