Etude de l’APUR “Les quartiers parisiens de la politique de la ville – Principales données de l’observatoire des quartiers prioritaires / Contrat de ville 2015-2020” (Janvier 2016)

quartiers_politique_ville_donnees_observatoire

Extrait du site de l’APUR

Etude de l’APUR “Les quartiers parisiens de la politique de la ville – Principales données de l’observatoire des quartiers prioritaires / Contrat de ville 2015-2020”. – Paris : APUR, janvier 2016. – 1 Vol. (109 p.)

Accédez à l’étude en ligne en version intégrale : cliquez ici

Présentation par l’APUR : Le contrat de ville signé en mai 2015 pour la période 2015-2020 constitue le nouveau cadre de la politique de la ville à Paris. Il s’appuie sur une géographie nouvelle comprenant 20 quartiers prioritaires et des quartiers de veille active situés dans 8 arrondissements parisiens.

Au total, la géographie de la politique de la ville de Paris concerne 362 000 habitants soit 16% de la population parisienne, sur une superficie de 1 270 hectares, soit 12% du territoire parisien.

Ce document rassemble des fiches descriptives des nouveaux quartiers parisiens de la politique de la ville. Une sélection de cartes, d’indicateurs statistiques et de graphiques donne à voir les principales données sociales, économiques et urbaines de ces quartiers.

Certains quartiers, notamment situés aux portes de Paris, sont majoritairement constitués d’habitat social. D’autres sont plutôt formés d’un tissu d’habitat privé en partie dégradé. De manière générale, les indicateurs témoignent de la présence d’une population très modeste dans ces quartiers, avec plus d’un habitant sur quatre vivant  sous le seuil des bas revenus (26% contre 11% en moyenne à Paris). Ces quartiers accueillent plus de deux fois plus d’allocataires du RSA que la moyenne parisienne  (12,5% des ménages concernés contre 5,5% à Paris). Ils sont aussi marqués par la jeunesse de leur population : un habitant sur trois a moins de 25 ans (32% contre 28% à Paris). L’enjeu de la formation et de l’accès à l’emploi est majeur pour ces territoires où 16% des actifs sont en recherche d’emploi et 42% des habitants n’ont aucun diplôme.

Enfin, les cartes de centralités présentées dans le document pour chacun des secteurs mettent en évidence un déficit de vie urbaine dans certains quartiers, notamment ceux situés le long du Périphérique. Cinq de ces territoires ont été retenus en 2015 au titre du nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.