Mise en ligne du “Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-1968)” – INHA

 Mise en ligne du “Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-1968)”

Accédez au site de l’INHA : cliquez ici

Accédez au dictionnaire : cliquez ici

Extrait du site de l’INHA : La mise en ligne du Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-1968) est achevée.

Basé sur le dépouillement exhaustif des neuf registres matricules qui dressent la liste des élèves admis dans la section d’architecture de l’École des beaux-arts, promotion après promotion et dans l’ordre de leur classement, le Dictionnaire recense exactement 18 156 noms.

Ce chiffre comprend en sus quelques dizaines élèves entrés à l’École par équivalence, entre l’Occupation et 1968, et qui, bien qu’ayant échappé à l’attention du secrétariat, y ont suivi une scolarité, parfois jusqu’au diplôme.

C’est toute l’histoire de l’École des beaux-arts qui se déroule à travers ces biographies, depuis le rattachement de l’enseignement de l’architecture à celui de peinture et de sculpture en 1797, pour former ce qui allait devenir l’École des beaux-arts, héritière directe des Académies royales, jusqu’à son éclatement en 1968.

Le Dictionnaire constitue une liste d’autorité : seuls y sont pris en compte ceux qui ont passé avec succès le difficile concours d’admission, et ont ainsi pu prendre le titre d’élèves. Ils sont de plus clairement identifiés, pour la plupart d’entre eux, par l’extrait d’acte de naissance qu’ils devaient fournir à l’administration de l’École pour leur inscription à l’examen d’admission.

Les notices, qui ont été complétées par les recherches effectuées pour tracer la carrière menée par chacun, sont accompagnées, jusque dans les premières années du XXe siècle, par les reproductions des documents contenus dans les dossiers d’élèves conservés aux Archives nationales.

Les notices les plus récentes en revanche, par souci de confidentialité, n’ont pas été développées, hormis celles qui concernent des personnalités connues, ou qui ont été nourries d’informations fournies par les intéressés ou par leurs proches.

Grâce au moissonnage d’AGORHA par le moteur Collections du Ministère de la culture, les informations contenues dans le Dictionnaire peuvent être croisées avec les bases de données du domaine de l’architecture, telles que Mérimée, Médiatek, Bora… et s’enrichir des constructions, dessins, fonds d’archives ou illustrations qu’elles décrivent.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.