Séminaire des doctorants de l’UMR AUSser – ENSA Paris-Belleville – 2015/2016 – 15 mars 2016

Séminaire des doctorants de l’UMR AUSser – ENSA Paris-Belleville – 2015/2016

Lieu : ENSA Paris-Belleville, IPRAUS, salle vitrée, Bât. B, 3ème étage, 60 bd de la Villette, 75019 Paris

Les séminaires ont lieu le mardi à 12h dans la salle vitrée de l’Ipraus pour manger sur le pouce en écoutant l’un d’entre nous présenter sa thèse/son avancement/ses problèmes actuels.
La suite de la séance est consacrée à différents sujets sur l’après-thèse, les concours, les formations…

15 mars 2016 : Léa Mosconi : “Emergence du récit écologiste dans le milieu de l’architecture1989-2015 : de la réglementation à l’anthropocène”

Résumé : On assiste dans les années 1960 et 1970  à l’émergence en Occident de plusieurs organisations ou associations environnementales, et à la revendication, dans certains milieux plutôt marginaux, d’un autre rapport à la nature et au climat dont l’architecture se fait écho avec ce que l’on appellera l’architecture douce, l’architecture de la contre-culture, l’architecture solaire ou l’architecture bioclimatique. Néanmoins, ce n’est qu’à la fin des années 1980 que ces considérations pour l’environnement pénètrent largement les institutions, les laboratoires, les lois, la politique, nationale et internationale. La fin des années 1980 est ainsi marquée par les premières créations de labels et de certifications, et par la tenue d’évènements majeurs autour de la question écologique. A ce même moment, plusieurs penseurs et philosophes s’intéressent de près à ces thèmes : notamment Felix Guattari avec « Les Trois écologies » en 1989, Michel Serres qui sort en 1990 « Le Contrat Naturel » et Bruno Latour qui publie « Nous n’avons jamais été modernes » en 1991.

La première répercussion sur le milieu de l’architecture est d’ordre énergétique. Les réglementations, les labélisations et les normes ont pour ambition de diminuer l’empreinte énergétique des bâtiments ; les architectes pensent à de nouveaux  dispositifs allant dans ce sens – ou réactualisent des dispositifs existants-, les écoles d’architecture proposent dans leurs enseignements l’intégration de la question de l’énergie dans le projet. Cette pénétration du récit écologiste dans le milieu de l’architecture qui se fait dès la fin des années 1990 sur le champ de la réglementation se complexifie au cours des années 2000 notamment avec l’émergence de la thèse de l’anthropocène qui se formule d’abord dans les champs de la climatologie et de la stratigraphie, avant de pénétrer massivement les sciences humaines et sociales au cours des années 2000 et de s’ancrer chez les architectes au début des années 2010. Si la commission de stratigraphie[1] n’a pas encore confirmé la validité de la thèse de l’anthropocène, et si les philosophes émettent une réserve à considérer cette thèse émergence comme un concept philosophique, il n’en demeure pas moins que cette notion participe à faire converger les craintes et les considérations pour l’environnement vers un récit collectif solide et unificateur. La thèse de l’anthropocène permet, grâce à ce récit porteur d’une esthétique du sublime et de l’eschatologie, de passer de l’idée d’une crise environnementale (que l’on dépasserait grâce à des solutions) à l’idée d’un « nouveau régime climatique[2]» avec des bouleversements profonds et définitifs.

La première hypothèse de ce travail est que la considération pour l’environnement construit un récit au sens ou l’entend Jean-François Lyotard dans « La Condition Postmoderne ». Ma seconde hypothèse est que si la crise environnementale résulte de la réalité physique des problèmes environnementaux, elle est aussi la conséquence d’une crise des valeurs moderne qui se joue depuis la seconde moitié du vingtième siècle, et que la fin du millénaire vient achever.

Ma recherche tente de saisir dans un premier temps le champ lexical que convoque l’émergence du récit écologiste chez les architectes. Quand commence-t-on à partir de « durable », de « Haute qualité environnementale », « d’énergie » ? Quels acteurs (institutionnels, architectes, entreprises) portent ces thèmes et vers quelles directions ? A quel moment reparle-t-on d’architecture bioclimatique ? Comment réinterroge-t-on le rapport d’une architecture à son milieu (géographique, climatique, culturel, naturel) ? Dans un deuxième temps, je souhaite saisir les trajectoires d’un corpus d’architectes qui s’emparent dans leurs recherches et dans leurs projets de la question de l’environnement. Enfin, dans un troisième temps, je tente de saisir l’imaginaire architectural et urbain que construit ce récit écologiste chez les jeunes architectes, qui dès le début de leur formation ont été confronté aux questions énergétiques et climatiques.

L’ambition de ma recherche est de comprendre la généalogie du récit écologiste dans le milieu de l’architecture, des questions réglementaires et énergétiques des années 1990 au changement de paradigme qui s’opère à la fin des années 2000, notamment avec l’émergence de la thèse de l’anthropocène.

[1] La Commissions de statigraphie doit évaluer en 2016 la validité scientifique de la thèse de l’anthropocène.
[2] Pour reprendre les termes de Bruno Latour dans « Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique ». Editions de la Découverte. 2015.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.