Soutenance de thèse de M.NGUYEN Van Hoan : « Les articulations de la ville (Hanoi 1986 – 2015) » – ENSA Paris-Belleville – vendredi 3 juin 2016

Doctorat en « Géographie » option  » Architecture, Ville et Environnement » de l’Université Paris 1- Panthéon Sorbonne, Ecole doctorale « Géographie Paris 1 »

Laboratoire de recherche AHTTEP (UMR AUSser 3329)

Titre de la thèse : Les articulations de la ville (Hanoi 1986 – 2015)

Directeur de thèse : Christian Pédelahore de Loddis, professeur à l’ENSA Paris-la Villette

Date et lieu de soutenance : Vendredi 3 juin 2016 à 14h30 à l’ENSA Paris-Belleville (bât A – 1er étage – salle des enseignants)

Membres du jury :

DELEUIL Jean-Michel (rapporteur), professeur des Universités, HDR de l’INSA de Lyon

MAUMI  Catherine (rapporteur), professeur ENSA de Grenoble, HDR de l’Université de Paris VIII

PEDELAHORE De LODDIS Christian (directeur de thèse), professeur des ENSA, HDR de l’Université de Paris VIII

TAILLARD Christian, directeur de Recherches CNRS

Résumé de la thèse :

Chantier permanent pendant 30 ans après le lancement de la politique du Đổi mới, Hanoi a été transformée de façon continue, notamment de 1997 à 2015 par 755 projets urbains portant sur 62108 ha, majoritairement d’origine agricole. Ce processus de bétonnage express des rizières la modernise indubitablement et répond au besoin de logements. Cependant, il met à mal la cohésion spatiale millénaire hanoienne, en générant des problèmes de connexions inter-quartiers, d’inondations.

La faible implication des habitants constitue une des raisons majeure de la grande liberté laissée aux promoteurs privés – actuellement fabricants clés de l’urbain. Des constructions ultrarapides sont réalisées sans études sérieuses sur le long terme. Peu est fait à la lisière entre les quartiers récents et les villages urbains, d’où de multiples ruptures spatiales et d’usage. Dès lors, ceux-ci, encerclés rapidement par des projets aux tissus contrastés, sont rendus plus inondables car situés en contrebas de ces derniers. L’écart entre les images présentées dans la conception et la réalisation finale montre la passivité de la gestion administrative et révèle les difficultés de l’urbanisme planificateur à contrôler la réalité des mutations territoriales.

S’appuyant sur une triangulation des sources (documents, observations et entretiens ouverts in situ et in vivo), la thèse traite une question centrale sur le fonctionnement des articulations entre zones d’habitat existantes et nouveaux lotissements de Hanoi. Elle cherche à mettre en lumière une fabrication urbaine négociée dans une capitale réémergente, hier organiquement agrégative, qui devient aujourd’hui un ensemble problématique d’isolats urbains.

Mots-clés

Đổi mới, Articulation urbaine, Connexion inter-quartiers, Village urbain, Khu Đô Thị Mới (KDTM), Khu Giãn Dân (KGD), Khu Dịch vụ (KDV), Chung cư tư nhân (CCTN).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *