Appel à projets de recherche : “Architecture du XXe siècle, matière à projet pour la ville durable du XXIe siècle. Outils conceptuels et techniques pour le recyclage, la transformation et la restauration des architectures récentes” – (Programme interministériel de recherche sur l’Architecture du XXe siècle)

Appel à projets de recherche : “Architecture du XXe siècle, matière à projet pour la ville durable du XXIe siècle. Outils conceptuels et techniques pour le recyclage, la transformation et la restauration des architectures récentes”, dans le cadre du programme interministériel de recherche et d’expérimentation en architecture 2016-2020, volet 1 : “Capitalisation des connaissances, diffusion des expériences”.

Ministères concernés :
• ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports – Commissariat général à l’égalité des territoires / Agence nationale pour la rénovation urbaine
• ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer / ministère du Logement et de l’Habitat durable – Direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature – Plan urbanisme construction architecture
• ministère de la Culture et de la Communication – Direction générale des patrimoines – Service de l’architecture – Bureau de la recherche architecturale, urbaine et paysagère

Date limite de dépôt des propositions : 18 septembre 2016

Accédez à l’appel : cliquez ici

Présentation de l’appel à projets de recherche :

Le XXe siècle a constitué une rupture radicale dans les domaines de l’architecture, de l’urbanisme et des modes d’habiter. L’urbanisation massive générée par l’essor industriel, la concentration des moyens de production, la globalisation des échanges, le développement de nouvelles techniques constructives, la mobilisation inédite de capitaux financiers et d’énergies fossiles bon marché, ont été les facteurs principaux de la richesse et du dynamisme des sociétés au XXe siècle. Les destructions massives opérées lors des deux conflits mondiaux ont généré de gigantesques déplacements de populations et des besoins inédits en logements. Dans certaines villes, les reconstructions successives ont renouvelé en totalité, et en moins d’une génération, la quasi-totalité du bâti, allant jusqu’à transformer leur trame urbaine et leur structure foncière. Dans certains cas, ces processus de grande ampleur ont contribué à l’accentuation de déséquilibres sociaux et  territoriaux dont on peine aujourd’hui à corriger les effets, réels ou supposés. Dans d’autres cas, ils ont produits de nouveaux tissus aux qualités d’usages inédites. Les structures urbaine, économique et sociale de la ville contemporaine sont fortement marquées par cette histoire récente.
L’urbanisation massive qui caractérise le XXe siècle s’est appuyée sur des théories autant progressistes que radicales dans leur approche de l’espace urbain et des relations sociales. En sont issues des réalisations dont les qualités architecturales, urbaines ou constructives sont indéniables, qu’il s’agisse du logement (individuel ou collectif), mais aussi des infrastructures et des équipements (enseignement, santé, sport, loisirs, etc.). L’architecture moderne a ainsi élaboré le cadre conceptuel et technique qui lui a permis d’être le système dominant au XX e siècle. Elle définissait en même temps les conditions de sa propre disparition, par le renouvellement rapide des modèles et des outils de production, ainsi que le raccourcissement du cycle de vie des ouvrages.
Les édifices et ensembles construits au XX e siècle sont aujourd’hui soumis à une forte pression, liée au vieillissement de leurs éléments structurels et techniques (parfois accéléré par des interventions inadaptées), mais aussi à l’évolution des usages qu’ils abritent, comme à celle du contexte territorial et politique. Cela concerne plus particulièrement la production de la seconde moitié du siècle : les réalisations récentes bénéficient rarement de l’attention accordée aux œuvres plus anciennes dans l’analyse historique et culturelle de leur mode d’exister et dans l’étude matérielle des conditions de leur devenir. La création, en 1999, du label Patrimoine du XXe siècle par le ministère de la culture et de la communication a permis d’engager un processus de  reconnaissance des valeurs architecturales, techniques, urbaines et paysagères des réalisations les plus emblématiques de l’architecture et de l’urbanisme du XXe siècle. Cette dynamique peut être renforcée en agissant plus directement sur les conditions matérielles, sociales et économiques de valorisation de ces patrimoines.

Considérée sous l’angle de la ville durable, l’architecture du XXe siècle apparaît comme l’une des composantes – la plus significative d’un point de vue quantitatif – de l’analyse du cycle global de la ville qui articule étroitement, projet après projet, la production nouvelle et le réemploi du bâti existant. La ville durable, composite, ouverte et intégrée, considère la totalité des tissus qui la composent en fonction de leur potentiel d’adaptation et de la diversité des stratégies de projets qui peuvent s’y développer. Considérer l’architecture du XXe siècle comme l’une des matières premières du renouveau urbain permet d’opérer un changement de paradigme ; un nouveau cadre méthodologique peut alors être construit à partir du renouvellement des approches et des pratiques. Valoriser les qualités de l’architecture du XXe siècle, issues d’une pensée spatiale, constructive et sociale, doit ainsi permettre de reconsidérer des portions entières de la ville, pour en renforcer l’identité et la citoyenneté.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.