Séminaire “Artefacts visuels et fabrique touristique du patrimoine” – Cité de l’architecture et du patrimoine – 4 novembre 2016

programme_journee-detudes_4-11-16_page_1Séminaire “Artefacts visuels et fabrique touristique du patrimoine”, Journée organisée dans le cadre de l’ANR Patrimondi.

Lieu : Cité de l’architecture et du patrimoine, Pavillon d’About, 7 avenue Albert de Mun, 75116 Paris, Salle Anatole de Baudot, 6ème étage

Date : 4 novembre 2016

La participation est libre. Information et inscriptions : linda.boukhris@univ-paris1.fr

La journée est organisée dans le cadre du projet ANR « Les enjeux de la « patrimondialisation » ou la fabrique touristique du patrimoine culturel dans la mondialisation : modèles globaux, recompositions identitaires, hybridations » porté par l’EA EIREST – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, en collaboration avec la Cité de l’Architecture & du Patrimoine, Observatoire de l’Architecture de la Chine Contemporaine, L’UMR CITERES et l’UMR AUSser

Programme :

9h-9h30 : ACCUEIL

9h30-9h45 : INTRODUCTION DE LA JOURNEE

Maria Gravari-Barbas (IREST, EIREST, Université Paris 1, Coordinatrice de l’ANR Patrimondi)

9h45-10h30 : Manuel Charpy (Chargé de recherche en Histoire, UMR IRHIS) : Le monde selon ses images. Tourisme, images et aménagements des espaces au XIXe siècle.

10h30-11h00 : Francesca Cominelli (IREST, EIREST, Université Paris 1), Linda Boukhris  (EIREST, Université Paris 1), Sébastien Jacquot (IREST, EIREST, Université Paris 1), Elodie Salin (Université du Maine) : Iconographies et imaginaires du tango : entre circulations et hybridations.

11h00-11h30 : Linda Boukhris (EIREST, Université Paris 1), Maria Gravari-Barbas (IREST, EIREST, Université Paris 1) : Simulacre et hyperréalité patrimoniaux. Le Petit Champlain, Vieux Québec.

11h30-12h00 : Maria Gravari-Barbas (IREST, EIREST, Université Paris 1), Linda Boukhris (EIREST, Université Paris 1) : Et le tourisme s’empara du patrimoine. Images touristiques du Vieux Québec.

11h30-12h00 : Echanges et discussion

12h30-14h00 : Pause déjeuner

14h00-14h30 : Roméo Carabelli (CITERES, Université François Rabelais de Tours), Anna Madoeuf (CITERES, Université François Rabelais de Tours) : Marrakech ou les métonymies incohérentes.

14h30-15h00 : Françoise Ged (Observatoire de l’Architecture de la Chine Contemporaine), Christine Mengin (Université Paris 1), Alain Marinos (Cité de l’architecture), Bruno Chauffert-Yvart (Ministère de la Culture) : Le patrimoine à Tianjin : des clichés pour un lieu commun ?

15h00-15h30 : Virginie Picon-Lefebvre (AUSser, Ecole d’Architecture de Paris-Belleville), Kenza Elhaimer (AUSser, Ecole d’Architecture de Paris-Belleville) : Les images d’Angkor dans les guides touristiques publiés entre 2012-2015.

15h30-16h00 : Maria Gravari-Barbas (IREST, EIREST, Université Paris 1) : Copies, Simulacres et Désirs d’Angkor. Les moulages de Louis Delaporte et les Temples d’Angkor aux expositions internationales

16h00-16h30 : Hélène Sirven (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Angkor dans la revue Le Tour du monde (1860-1914) : récits illustrés d’une redécouverte, la part de l’exotisme dans la fabrique des images

16h30-17h00 : Echanges et discussion

17h00-17h30 : Grand témoin : Jean-François Staszak (Professeur ordinaire, Université de Genève)

Présentation par les organisateurs : Les artefacts visuels [cartes postales, images issues des guides touristiques, affiches publicitaires, maquettes d’expositions universelle/coloniale/musée, films documentaires, jusqu’aux nouvelles images et nouvelles techniques de visualisation contemporaine (3D, expériences interactives et immersives etc.)] ont diachroniquement accompagné la patrimonialisation des sites, monument ou objets. Elles ont donné à voir les biens patrimoniaux à des publics bien plus larges que ceux qui y avaient initialement accès, ont contribué à leur connaissance, à leur mise en désir et en tourisme. Souvent, elles ne se sont pas limitées à la représentation d’un patrimoine déjà constitué. Elles ont au contraire joué un rôle actif dans le processus de patrimonialisation.

Au-delà de l’approche communicationnelle de la patrimonialisation, analysant les mises en communication et en exposition du patrimoine, c’est-à-dire les dispositifs techniques de médiatisation du patrimoine, l’objectif de cette journée d’études est d’engager une réflexion sur le rôle des artefacts visuels dans la fabrique touristique du patrimoine. Ces derniers ne seront donc pas seulement étudiés comme des représentations du patrimoine mais comme des forces agissantes participant de la production du patrimoine.

L’image et l’objet patrimonial médiatisés s’inscrivent dans des régimes médiatiques qui donnent une visibilité à certains objets, créent des rapports symboliques et socialisent des valeurs. Quels sont les processus socio-culturels de production et de circulation des artefacts visuels du patrimoine ? Quel est le rôle du tourisme dans cette économie et cette politique de représentation du patrimoine ? De quelle façon des images accèdent-elles au statut de représentations iconiques ?

Aux côtés des processus mentaux et cognitifs dont relèvent les univers visuels, il y a également des mécanismes communicationnels issus du monde social dans lesquels s’inscrit la production visuelle du patrimoine. A partir d’une approche info-communicationnelle, une réflexion nécessite d’être menée sur l’évolution des supports de visualisation et des pratiques qui en découlent (utilisation des supports numériques comme espaces d’interaction ouvrant sur de nouvelles formes de médiation et transformation des modes d’appropriation des contenus, telle que la dimension expérientielle du visuel). Une continuité pourra être établie avec le volet big data de l’ANR portant sur les photos postées sur les réseaux sociaux, à partir desquels les touristes deviennent les co-producteurs des artefacts visuels du patrimoine. La transformation de l’image et des formes de visualisation dues aux nouvelles technologies replace en effet le touriste au cœur de la production visuelle du patrimoine.

Plusieurs enjeux se dessinent autour de l’économie et la politique du régime de visibilité patrimoniale et du rôle joué par le tourisme:

·         Quels sont les producteurs de ces artefacts visuels ? Quel est le rôle des différents acteurs touristiques dans la production de ces artefacts visuels ?

·         Comment s’opèrent les processus de circulation, de réception, d’interaction, de contrôle de ces artefacts visuels ?

·         Dans quels régimes de vérité et de croyance s’inscrivent-ils ? (discours autour de l’authenticité, le simulacre, l’instrumentalisation, la démonstration, la preuve scientifique etc.)

·         Quelles sont leurs modalités d’énonciation ? (exhibition, esthétisation, création, performance etc.)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.