Vient de paraître : “Paysages du mouvement : architectures des villes et des territoires XVIIIe – XXIe siècles” / Michèle Lambert-Bresson et Annie Térade (dir.), éditions Recherche, 2016

146“Paysages du mouvement : architectures des villes et des territoires XVIIIe – XXIe siècles” / Michèle Lambert-Bresson et Annie Térade (dir.). – Paris :  éditions Recherche, 2016. – 1 Vol. (352 p.). – (Collection Cahiers de l’IPRAUS). – ISBN 978-2-86222-091-8

Contributions de : Azizi (Nesrine), Bondon (Anne), Bradel (Vincent), Ben Hadj Salem (Mohsen), Bradel (Vincent), Chapuis (Alexandre), Deramond (Sophie), Dimitriadi (Léda), Durand (Marc-Antoine), Foucher (Cédric), Gisquet (Pierre), Grosjean (Bénédicte), Guth (Sabine), Jeanmonod (Thierry), Kanellopoulou (Dimitra), Leheis (Stéphanie), Lochard (Thierry), Mattogno (Claudia), Passalacqua (Arnaud), Peleman (David), Porrino (Matteo), Pradines (Chantal), Radouane (Meriem), Schoonbaert (Sylvain), Verdier (Nicolas), Zelezny (Richard), Zentelin (Jean-Louis)

Accédez au site de l’éditeur : cliquez ici

Sommaire : cliquez ici

Présentation par l’éditeur : Un port, un canal, une ligne ferroviaire (« classique » ou à grande vitesse), un tramway, une autoroute ou un aéroport sont des objets « lourds » : par l’investissement qu’ils requièrent et par leurs effets sur les paysages et sur un voisinage plus ou moins vaste. Mais, par suite, ce sont aussi des objets a priori appelés à persister et qu’il importe de considérer dans leur durée et sous maints aspects : à partir des projets et/ou réalisations dont ils sont issus ou qu’ils suscitent, à travers le jeu des intervenants ou les problématiques techniques et théoriques qu’ils matérialisent, les formes qu’ils génèrent, les valeurs patrimoniales qu’ils représentent — même après leur désaffection.
Notre précédent ouvrage, surtout centré sur le xixe siècle, accordait une large place au chemin de fer. Ici, les vingt-six articles réunis couvrent ensemble une période menant du xviiie siècle à nos jours et abordent largement la question des routes : que ce soit comme unique support des déplacements terrestres (jusqu’au milieu du xixe siècle) ou comme lieux focalisant nombre de pratiques sociales dans et hors les villes. Le xxe siècle et donc l’automobile étant plus présents, les autoroutes et voies rapides, leur meilleure insertion (voire leur reconversion) le sont aussi. Études de cas ou analyses critiques (de projets ou d’options d’aménagement, urbain ou territorial) questionnent ainsi les architectures des villes et des territoires, les paysages anciens et contemporains, les façons de les penser et de les concevoir.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.