Colloque international “Le Louvre monde -­ Un lieu, des territoires” – Université Paris-Sorbonne / Musée du Louvre – 8 et 9 décembre 2016

affiche-colloque-le-louvre-mondeColloque international “Le Louvre monde ‑ Un lieu, des territoires”

Lieu : Université Paris-­Sorbonne, Amphithéâtre Richelieu (8 décembre) et Musée du Louvre, Auditorium (9 décembre)

Date : 8 et 9 décembre 2016

Accédez à l’annonce : cliquez ici

Présentation par les organisateurs : Ce colloque, fruit d’une réflexion conjointe entre l’université Paris-­‐‑Sorbonne et le musée du Louvre, porte sur la place et les enjeux du musée dans nos sociétés urbaines contemporaines. L’évolution de l’institution depuis la période fondatrice du musée révolutionnaire jusqu’à l’image contemporaine du musée global, marque sans aucun doute la constitution d’une figure patrimoniale de la mondialisation. Inscrit dans le palais des rois de France, au coeur du centre historique et politique de Paris, le musée du Louvre s’est transformé au fil des siècles sous les effets consécutifs d’une urbanisation et métropolisation grandissantes et d’une fréquentation touristique mondialisée auxquelles s’est jointe la forte attente culturelle généralisée des citadins vis-­‐‑à-­‐‑vis des musées. Le cas du Louvre permettra de questionner ces problématiques. Ce colloque propose une approche transdisciplinaire qui s’inscrit dans la longue durée tout en privilégiant une vision contemporaine et internationale. La réflexion s’appuie sur trois actualités du musée du Louvre : les travaux d’aménagement du Hall Napoléon qui s’achèveront en 2016-­‐‑2017 pour permettre aux visiteurs de retrouver des espaces d’accueil rénovés et agrandis ; l’ouverture concomitante, à l’été 2016, du Pavillon de l’Horloge et du Centre Dominique-­‐‑Vivant-­‐‑Denon (Direction de la  Recherche et des Collections), dont les programmes de recherche portent sur l’histoire du Louvre et son développement en tant qu’espace architectural, urbain et muséal ; et plus largement, l’ouverture prochaine du « Louvre des sables » à Abou Dhabi. Paris représente un extraordinaire terreau social, artistique et culturel. Ses liens avec le Palais du Louvre ont été, d’un point de vue historique, fondateurs de l’unité du royaume de 2 France. Puis, la ville républicaine s’est mise au service du triptyque musée, nation, patrimoine (Poulot, 1997). Aujourd’hui, alors que le musée déploie une stratégie muséale globale qui va bien au-­‐‑delà des frontières nationales et qui interroge ses liens avec l’ère des nouveaux musées, des nouvelles aires urbaines et des nouvelles mobilités touristiques (Fagnoni, Gravari-­‐‑Barbas, 2015), la « glocalisation » (Robertson, 1992) patrimoniale et touristique incarne-­‐‑t-­‐‑elle toutes les composantes de ce nouveau paysage urbain parisien ? Les liens entre Paris et le Louvre illustrent non seulement un dialogue dans le temps, mais aussi un dialogue dans l’espace, la ville servant d’écrin au « monde Louvre ». Que doit la ville au Louvre ? Que doit le Louvre à Paris ? Les relations structurantes entre le musée et la ville ont doublement changé d’échelle. D’une part, depuis le projet du Grand Louvre lancé en 1981, le musée s’est agrandi, et a renforcé ses contacts avec la ville avec l’ouverture de la pyramide en 1989 puis celle de la galerie du Carrousel en 1993, créant ainsi un réseau de communications en sous-­‐‑sol comme en plein-­‐‑air qui relie les activités propres au musée aux parcours citadins. D’autre part, les relations entre le musée et la ville sont depuis les années 1990 médiatisées par l’échelle mondiale : le musée comme la ville se projettent dans la compétition internationale, le musée contribue à la participation de la ville à la compétition métropolitaine. Le colloque propose d’interroger les « territoires » respectifs de la ville et du Louvre, dans leur dialogue, leur confrontation ou leurs conflits, jusqu’aux phénomènes de déterritorialisation et/ou reterritorialisation contemporains, afin de rendre compte de l’articulation entre patrimoine et modernité, espace urbain et architectural, et espaces sociaux.
Alors que de nombreuses villes fondent leur développement sur un musée de référence, l’ancrage chronologique de l’établissement parisien dans le paysage de la capitale, incite à interroger cette trajectoire croisée entre la cité et le musée. Monument et site culturel, le musée du Louvre se déploie à toutes les échelles : quartier, ville, métropole, Grand-­‐‑Paris, et aujourd’hui « hors les murs », à l’échelle nationale avec l’ouverture du Louvre-­‐‑Lens en décembre 2012 comme à l’échelle internationale avec l’ouverture prochaine annoncée du Louvre dans la péninsule arabique à Abou Dhabi. Le faire et le savoir-­‐‑faire alimentent cette attractivité régulièrement répétée, adaptée et amplifiée, et confirment la référence  d’excellence de ce musée universel. La performance de l’institution muséale la plus visitée au monde (8,52 millions de visiteurs, 16,1 millions d’internautes et 2,386 millions d’abonnés à ses réseaux sociaux en 2015) n’est plus à démontrer, elle est à analyser. Cette attractivité témoigne de la pérennité du modèle, de sa capacité à se transformer, mais aussi de ses échecs, et invite à analyser de telles évolutions d’un point de vue, historique, géographique, social, économique et artistique. Le Louvre relève du paradigme. La constance de ce modèle culturel, urbanistique, économique, patrimonial, touristique, invite à apprécier cette réussite en termes de stratégie de développement, de rénovation et renouvellement, de mutations muséologiques, d’adaptation muséographique, de création d’événements, de politique des publics (citoyens, visiteurs, touristes), d’adéquation à l’ère numérique, d’impact territorial.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.