Soutenance de thèse de Charline Sowa : “Penser la ville en décroissance : pour une autre fabrique urbaine au XXIe siècle” – ENSA de Grenoble – 17 janvier 2017

Soutenance de thèse de Charline Sowa : “Penser la ville en décroissance : pour une autre fabrique urbaine au XXIe siècle : Regard croisé à partir de six démarches de projet en France, en Allemagne et aux Etats-Unis”

Lieu : ENSA de Grenoble, Amphi haut

Date : 17 janvier 2017

école doctorale “Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire” (Université de Grenoble Alpes)

thèse préparée au sein de l’équipe d’accueil 7445 MHA-evt.

directrice de thèse : Catherine Maumi (ENSAG)

Composition du jury :

Vincent BÉAL, Maître de conférences, Université de Strasbourg, examinateur

Denis BOCQUET, Professeur, HDR, ENSA de Strasbourg, rapporteur

Emmanuèle CUNNINGHAM-SABOT, Professeure, HDR, École Normale Supérieure (Paris-Ulm), rapportrice

Florian HERTWECK, Professeur, Université du Luxembourg, examinateur

Catherine MAUMI, Professeure, HDR, ENSA de Grenoble, directrice de la thèse

Christelle MOREL JOURNEL, Maître de conférences, Université de Saint-Étienne, examinatrice

Brent D. RYAN, Professeur, Massachusetts Institute of Technology, examinateur

Résumé de la thèse en français : Dans le cadre de la recherche, nous nous intéressons à la pratique du projet urbain dans les villes en décroissance (ou ville rétrécissante), plus connues sous le terme anglophone de shrinking cities. Cet intérêt est né d’un questionnement plus large sur la pratique de l’architecte-urbaniste et la fabrique de la ville en ce début du XXIe siècle, où les débats se multiplient sur la ville résiliante, économe, autosuffisante face aux crises écologiques, socio- économiques et politiques actuelles. La ville en décroissance offre ainsi un cadre intéressant pour nous confronter à cette problématique où l’architecte-urbaniste se retrouve à devoir s’adapter et se réinventer face à de multiples contraintes. Par ailleurs, le programme allemand Shrinking Cities et les réflexions portées par l’architecte-chercheur allemand Philipp Oswalt ont été un élément déclencheur. Ce dernier revendiquait l’idée que la ville en décroissance était le nouveau terrain de jeu pour explorer de nouvelles pensées architecturales et urbanistiques. Il le démontre à partir d’un travail de collecte d’expériences à travers le monde.

Aujourd’hui, nous proposons de poursuivre cette réflexion et de nous poser la question suivante: quels enseignements pouvons-nous tirer de ces expériences pour notre pratique et imaginer la ville de demain ? À partir de ce questionnement, nous faisons l’hypothèse que ces nouvelles pensées architecturales et urbaines (concepts, langages architecturaux, formes urbaines, etc.) participeraient à la formulation de nouvelles formes d’habiter les territoires (usages, modèles urbains, paysage, modes de vie, etc.), permettant d’envisager différemment la fabrique urbaine en ce début du XXIe siècle. Ces démarches seraient par ailleurs actrices dans la reconnaissance de terrains favorables pour une gestion urbaine raisonnée et dans le développement de nouveaux outils et protocoles d’action imaginés par les architecte-urbanistes.

Pour répondre à notre hypothèse de recherche, nous nous intéressons plus spécifiquement aux projets impulsant une mutation profonde du tissu urbain, dans sa forme comme dans ses usages que nous nommons ici par remodelage urbain. Notre analyse se base sur six démarches dites « innovantes », théoriques et réalisées, dont un cas est mis en œuvre par des habitants. Elles illustrent cette pratique dans différentes villes en décroissance depuis ces vingt dernières années. Ces cas d’étude sont situés dans des tissus urbains différents (habitat dense en centre-ville et dans les bourgs ruraux, grands ensembles, habitat pavillonnaire) pour montrer la diversité des terrains auxquels l’architecte-urbaniste peut être confronté. Parallèlement aux deux cas français (Saint-Étienne, Livradois-Forez), nous observerons d’autres expériences dans deux contextes étrangers, précurseurs en termes d’initiatives locales et de politiques urbaines : l’Allemagne (Halle- Neustadt, Dessau) et les États-Unis (Detroit). La diversité des approches et des échelles de réflexion de ces projets ne permet pas de conduire une étude comparative. Plus adaptée à notre démarche, nous proposons leur mise en discussion pour comprendre l’impact du cadre politique, socio-économique et de l’environnement urbain sur le processus de projet ainsi que la capacité de ces projets à amorcer une transformation du tissu urbain et de la ville.

Notre objectif sera ainsi de comprendre l’originalité et les spécificités de ces démarches, mais aussi leurs apports potentiels dans les débats actuels sur la ville et ses évolutions. Cette démarche cherche à apporter une dimension prospective sur le sujet de la ville en décroissance.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pascal Fort (6 janvier 2017). Soutenance de thèse de Charline Sowa : “Penser la ville en décroissance : pour une autre fabrique urbaine au XXIe siècle” – ENSA de Grenoble – 17 janvier 2017. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/uzfk


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search