Appel à articles des annales de la recherche urbaine

Appel à articles des annales de la recherche urbaine. Il porte sur la ville standardisée

Date limite d’envoi des articles : 2 mai 2017

Accédez au site des annales : cliquez ici

Accédez à l’appel : appel-a-articles-aru-113

Présentation par les organisateurs : Dans les opérations contemporaines d’aménagement observées à une large échelle internationale, l’impression de standardisation est telle qu’il est parfois difficile de différencier un nouvel espace public d’un autre, un nouveau quartier d’un autre. On a souvent l’impression de voir ici et là les mêmes « solutions » mises en oeuvre : la reconversion de friches industrielles en espaces culturels, les transformations des berges en lieux conviviaux, l’utilisation des mêmes matériaux et formes architecturales dans les éco-quartiers, sont ainsi progressivement devenues des « figures imposées » de l’aménagement urbain. De plus, le recours à un petit nombre d’équipes, de « starchitectes », participe également de cette impression de standardisation : de grands équipements publics manifestes jouent ici et là le rôle de signal qu’une ville est entrée dans la compétition métropolitaine internationale. Au-delà de cette standardisation des formes urbaines, on observe également de grandes similitudes dans les processus de production urbaine qui s’inscrivent dans un contexte largement documenté de néo-libéralisation des politiques urbaines semblant avoir pour effet une « réduction de l’espace des choix » : mise en compétition des villes, montée en puissance des acteurs privés dans la fabrique urbaine, implication (et exclusion) des mêmes catégories d’acteurs impliqués dans les sphères décisionnaires, politiques urbaines tournées entièrement vers un objectif de croissance économique et démographique. Ces formes de standardisation des espaces et des processus de production urbaine s’accompagnent de l’émergence de catégories urbanistiques nouvelles, que l’on pense à celle de la « ville créative », « ville évènement », « durable » ou « intelligente » pour ne citer que les plus en vogue. Aussi, au coeur de ce dossier des Annales de la recherche urbaine se pose cette question : Assiste-t-on à un retour de modèles urbanistiques ? Quels en sont leurs caractéristiques et leurs effets concrets ?
Ce questionnement n’est certes pas nouveau dans le champ de l’urbain mais il fait son retour dans les débats entre professionnels et chercheurs. Des approches historiques pourraient ainsi utilement réinterroger la genèse et l’usage de modèles urbains (cités jardins, cité minière, mouvement moderne, etc.) pour en pointer la diversité des modalités d’application et déconstruire l’idée commune de rigidité des modèles urbains du passé. A l’inverse, l’utilisation du modèle de planification rationnelle après-guerre ayant fait l’objet d’une critique nourrie aboutissant au succès de la notion de projet urbain, il est fréquent d’affirmer depuis les années 1980 que l’aménagement urbain prête une attention accrue au contexte local, qu’il soit social ou urbanistique. Il semble pourtant que l’on assiste ces dernières années à une nouvelle forme de standardisation, certainement plus discrète mais non moins déterminante que la précédente. C’est ce paradoxe que ce numéro souhaite approfondir à travers les trois axes de questionnement exposés ci-après. Pour cela, il semble opportun de faire dialoguer des disciplines et traditions de recherche variées : politistes travaillant sur la circulation des savoirs et modèles d’action publique, urbanistes analysant les pratiques de standardisation des formes urbaines, sociologues étudiant les modalités de production de connaissances spécialisées orientées vers l’action et leurs effets, pour n’en citer que quelques-unes.
Nous faisons l’hypothèse que deux éléments au moins participent à l’explication du retour des modèles urbains. Premièrement, la compétitivité territoriale a indéniablement des effets en termes de standardisation des politiques publiques, qu’il s’agisse de leurs modes d’élaboration ou de leurs effets escomptés. Des travaux ont analysé la manière dont certains territoires se constituent (ou sont constitués) en « bonnes pratiques ». Ils pourront être mobilisés afin de comprendre comment et par qui s’opère cette forme de référencement. On pourra également s’interroger sur l’équilibre local qui s’exerce entre différenciation et conformation aux standards. Quelles sont les stratégies de distinction des villes face à ces modèles urbanistiques? Deuxièmement, les technologies de l’information et de la communication sont venues enrichir considérablement les démarches de modélisation numérique de la ville, présente et à venir. Le recours à ces modélisations numériques est de plus en plus utilisé à différentes échelles (de l’usage du BIM pour le bâtiment aux modèles les plus sophistiqués pour la planification en lien avec les enjeux énergétiques). Quels sont les effets de cette offre technologique sur les méthodes de fabrique urbaine et les choix opérés ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *