Soutenance de thèse de Romain Iliou “Modernité et architecture scolaire (1870-1940). Origines et histoire des groupes scolaires construits dans la banlieue parisienne durant les années 1930” – Milan (Italie) – 16 février 2017

Soutenance de thèse de Romain Iliou : “Modernity and school architecture (1870-1940). Origins and history of the schoolhouses built in Paris’ suburb during the 1930s.” / “Modernité et architecture scolaire (1870-1940). Origines et histoire des groupes scolaires construits dans la banlieue parisienne durant les années 1930”

sous la direction d’Ornella Selvafolta

Lieu : Divertimento di Architettura e Studi Urbani, Politecnico di Milano (Italia)

Date : 16 février 2017

Commissione : Guy Lambert, Fabio Mangone, Marica Forni

Responsabile : Carolina Di Biase

Informazioni aggiuntive presso : Laura Balboni : E-mail: laura.balboni(at)polimi.it

Accédez à l’annonce : cliquez ici

Résumé de la thèse : Aujourd’hui, à l’aube de l’éventuelle réalisation du Grand Paris qui souhaite faire de la capitale de la France une grande métropole du XXIe siècle, le Paris qui occupe les esprits est encore cette grande métropole du XIXe siècle, contenue d’abord dans ses enceintes bastionnées et aujourd’hui dans la ceinture du périphérique. Pendant un siècle, la banlieue s’est étendue et développée, urbanisée et construite, offrant un patrimoine encore difficilement reconnu et actuellement en danger. Ce patrimoine correspond essentiellement à ce qui fait de Paris une métropole du XXe siècle sans que la ville ne se soit administrativement étendue. Des tentatives ont eu lieu en particulier durant l’entre-deux guerres, et le département de la Seine et les communes de banlieue qui le composaient y ont joué un rôle clef. L’accroissement démographique a correspondu sur le terrain non seulement aux premières tentatives d’urbanisme moderne mais également à un très grand effort en matière d’équipements publics. Parmi ceux-ci, les écoles primaires possèdent un rôle de premier plan, et en particulier celles construites au cours des années 1930.
Ces écoles, dont certaines sont restées longtemps des exemples et demeurent en bonne place au sein de l’histoire de l’architecture moderne, s’inscrivent à l’intérieur d’une tradition architecturale héritée du XIXe siècle et fortement réglementée. Elles incarnent néanmoins les premières tentatives de sortir d’un dogme – à l’époque mu par sa propre compréhension de la modernité – tout en en conservant l’essence. En effet, un lien se dessine entre les différentes époques concernant les constructions scolaires, dès lors que le désir d’étendre l’instruction puis l’éducation à l’ensemble de la population s’est manifesté : assurer de bonnes conditions d’hygiène, un espace de travail correspondant aux nécessités fonctionnelles des méthodes pédagogiques et le recours systématique aux matériaux et aux technologies les plus modernes, se mettant régulièrement à jour. Cependant, le contexte particulier de l’entre-deux guerres indique que, concernant les constructions scolaires, l’intrusion des formules “puristes” ou “art-déco” n’étaient pas évidentes.
Ce renouveau est mené par les mairies socialistes et communistes de la banlieue parisienne qui réussissent ainsi à se placer à la tête de l’avant-garde de l’architecture scolaire publique élémentaire, créant les conditions pour matérialiser la rencontre entre la modernité et les nouvelles pratiques pédagogiques, avec des résultats de qualité loués par la critique, le monde de l’enseignement, les usagers et les hygiénistes. Pourtant il ne fut pas aisé pour les architectes de se mouvoir dans un contexte réglementaire particulièrement contraignant et ancien, qui parfois peut faire voir ces écoles comme des modèles “post Jules Ferry”, adoptant la modernité architecturale seulement comme une valeur esthétique et non conceptuelle. Si la modernité a été le moteur essentiel de la conception de l’architecture scolaire au cours du XIXe siècle, elle le demeure encore durant cette période. Et ce sont bien les combats politiques et idéologiques menés sur le terrain par les édiles locaux qui ont permis à l’architecture scolaire de connaître un certain renouveau, affrontant dans un premier temps les critiques violentes des milieux conservateurs, tant politiques qu’artistiques, avant de s’imposer comme un modèle cherchant à s’étendre sur l’ensemble du territoire.
Ces réalisations souffrent, pour la majorité d’entre elles, de l’absence d’une paternité illustre. Pourtant l’étude des parcours professionnels et l’évolution du langage architectural de leurs auteurs permet d’illustrer la situation particulière de l’architecture française à l’époque, où l’on assiste à une redéfinition de l’enseignement Beaux-Arts, l’influence croissante des CIAM mais également la défense d’une architecture aux caractéristiques nationales. Ces écoles se situent à l’intérieur du contexte urbain relativement hétérogène de la banlieue dont elles ont traversé l’histoire. Leur perception générale aujourd’hui ne leur rend pas justice. Elles sont difficilement identifiables comme révolutionnaires, ou tout au moins conçues pour l’être. D’autant que de très nombreux éléments ont été modernisés, substitués et remplacés. Cette recherche en Conservation du Patrimoine Architectural, par les enjeux soulevés en matière d’historiographie, entend participer à la mise en valeur d’un patrimoine scolaire banlieusard, pouvant participer tant de l’histoire du Paris du XXe siècle que de la constitution d’un patrimoine partagé par celui du XXIe siècle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.