Séminaire “Architectes et urbanistes : visions d’histoire, de société et d’espace” – EHESS (Paris) – 1er mars 2017

Séminaire “Architectes et urbanistes : visions d’histoire, de société et d’espace”

Lieu : EHESS (Paris)

Date : 2016/2017

Accédez au site : cliquez ici

Marie-Élisabeth Mitsou, directrice d’études de l’EHESS (TH) ( CRH-GEHM )Cet enseignant est référent pour cette UE et Yannis Tsiomis, directeur d’études de l’EHESS (*) ( CRH )

1er et 3e mercredis du mois de 19 h à 21 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 16 novembre 2016 au 7 juin 2017

Depuis Les dix livres de Vitruve, l’architecture et l’urbanisme se présentent comme des disciplines, des savoirs et des actions aussi bien autonomes qu’hétéronomes. Les œuvres de l’architecte urbaniste répondent à des visions et des techniques propres à la conception de l’espace, à des échelles et des temporalités différentes. Sa compétence relève de la maîtrise d’outils spécifiques (aussi bien matériels qu’intellectuels), de savoirs et de savoir-faire. Pourtant, sans le tissu d’acteurs, de champs de savoir et de disciplines, dont l’objet d’investigation est l’espace et les techniques d’entreprises imposées par le marché, l’architecture resterait un art de papier. Tous ces acteurs (commanditaires, pouvoirs étatiques, municipaux, intérêts privés, usagers etc.), ont leurs propres logiques avec lesquelles  l’architecte doit composer d’une manière ou d’une autre, pour que l’œuvre soit accomplie.

Comme tout art, la discipline architecturale et urbanistique ne peut se réduire à un « style »; elle est aussi interaction d’intérêts souvent contradictoires, de techniques, de situations et de contextes sociopolitiques et culturels. Or chaque architecte agit différemment vis-à-vis de ces multiples pouvoirs et savoirs, et ainsi il atteste que, malgré les similitudes de situations, les réactivités et les réactions souvent divergent, car les sensibilités, la réception et la représentation divergent autant.

Lors du séminaire de cette année nous explorerons comment l’œuvre bâtie ou écrite d’architecte trahit des compromis et/ou compromissions, des docilités ou au contraire des contestations construites, manifestes d’une volonté de conservation ou d’une nouvelle architecture de l’édifice et de la ville. Les Salines de Ledoux sont-elles une utopie d’habiter ou la prémonition d’un univers concentrationnaire ? Est-ce que la Walhalla de Leo von Klenze, réplique du Parthénon à Ratisbonne, abrite le mythe germanique ou une idéologie de la modernité ? Le cimetière de Modène d’Aldo Rossi est-il l’expression d’une poétique de la « ville des Morts » ou bien un exercice de style ?

À travers les travaux et les écrits de certains architectes du XIXe et XXe siècle (Ledoux, Schinkel, Klenze, Rossi, Le Corbusier, Pikionis et al.), en déchiffrant le rapport qu’ils entretiennent avec l’histoire, le pouvoir et le contexte social, nous explorerons les « mécanismes » pour projeter des espaces conventionnels ou inédits, qui sont les témoins d’une vision du monde.

Programme :

1er mars 2017 : Caroline Maniaque (ENSA Rouen) : USA : Une Utopie  pragmatique: entre mode de vie radical et institut universitaire, la culture du Whole Earth Catalogue

15 mars 2017 : Fabrice Moulin (Université Paris Ouest-Nanterre) : Le Traité de Ledoux : la ville utopique et le texte fragile

3 mai 2017 : Cristiana Mazzoni (ENSA Strasbourg) : La Tendenza : la typologie comme politique

17 mai 2017 : Jean-Paul Robert (ENSA Paris la Villette) : Une revue, vecteur de projets et/ou d’idées ? L’architecture d’aujourd’hui, entre 1994 et 1998

7 juin 2017 : Yannis Tsiomis / Marilisa Mitsou (EHESS) : Bilan du séminaire


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.