Soutenance de thèse de M. Gunsoo Shin : “« Entre Panoptique de J. Bentham et panoptisme de M. Foucault : Architecture pénitentiaire en France 1791-1875 » – 18 avril 2013

Cette soutenance de thèse, doctorat discipline architecture,  aura lieu le  18 avril 2013 à 10h00, salle des enseignants, bâtiment A, ENSA de Paris- Belleville.

Gunsoo Shin est doctorant du laboratoire de recherche ACS XXe – XXIe s. (ENSA Paris-Malaquais)

Membres du jury :

Mme Monique Eleb professeur honoraire, chercheur laboratoire ACS, Ensa Paris-Malaquais, (directrice de thèse)

M. Philippe Artières, directeur de recherche CNRS, EHESS

Mme Anne-Marie Châtelet, professeur, ENSA de Strasbourg

M. Jacques Donzelot, maître de conférences, Université de Paris-X Nanterre

M. Pierre Pinon , professeur, ENSA Paris-Belleville

M. Jean-Louis Violeau, professeur,

Résumé : Ce travail a pour point de départ l’analyse du Panoptique, tel qu’il fut conçu par Jeremy Bentham dans le cadre d’un projet architectural pénitentiaire et ensuite analysé par Michel Foucault. D’une part, ce projet témoigne de l’émergence d’un type d’architecture conforme à une nouvelle stratégie politique, à savoir la prison moderne, mais aussi, d’autre part, de la genèse d’une technique optique, nommée panoptisme, directement liée à la discipline — en tant que modalité d’application du « pouvoir » — et qui se dévoile peu à peu à travers l’histoire carcérale. Pour Bentham, le panoptique est une technique destinée à être appliquée universellement : Foucault croit en effet à la possible généralisation de ce principe. Néanmoins, les faits viennent, dans un premier temps, contredire cette vocation universelle, puisque le Panoptique de Bentham n’a été réalisé en tant que tel.

Cependant, au XIXe siècle, deux éléments du Panoptique se retrouvent au coeur de la plupart des projets de prison et des débats l’entourant : il s’agit de la cellule et du point central d’inspection. La question se transmet de l’absence du schéma originel de Bentham à la réalité du panoptique. Dans cette perspective, cette recherche prend l’étude des causes de l’échec du Panoptique en France, par l’analyse des évolutions qu’y connaît la prison cellulaire, des premiers pas de la peine d’emprisonnement à la fin XVIIIe à l’institutionnalisation définitive du système à la fin XIXe, conformément au cadre théorique du panoptisme de Michel Foucault et non pas du Panoptique stricto sensu.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.