Dernier numéro de la revue « Colonnes. Archives d’architecture du XXe siècle », n° 33, centre d’archives de la cité de l’architecture et du patrimoine, septembre 2017

Dernier numéro de la revue « Colonnes. Archives d’architecture du XXe siècle », n° 33, centre d’archives de la cité de l’architecture et du patrimoine, septembre 2017

Accédez au sommaire : L’Architecte dans les mondes de l’architecture

dont :

p. 30 : « L’architecte, un acteur pluriel dans les mondes de l’architecture » / Par Guy Lambert

p. 33 : « L’architecte libéral et son agence dans la première moitié du XXe siècle : évolution d’une figure » / Par Maxime Decommer

p. 50 : « « Patron » ou pédagogue. L’architecte enseignant, une figure professionnelle contrastée » / Par Guy Lambert

p. 55 : « L’architecte dans ses réseaux (politiques, mondains, savants,…) à la fin du XIXe siècle » / Par Denyse Rodriguez-Tomé

Editorial extrait du site : Après un numéro entièrement constitué d’articles d’actualité, celui-ci renoue avec le principe d’un dossier thématique, réuni par Guy Lambert et Franck Delorme, et consacré – comme l’exposition principale du premier semestre à la Cité de l’architecture et du patrimoine – à l’architecte et aux traces qu’il laisse dans les archives.

L’architecte ou les architectes : ce n’est pas seulement le créateur ou l’enseignant dont il est ici question, mais aussi les agences, les sociétés professionnelles et l’ensemble des réseaux qui assurent aux architectes une visibilité individuelle ou collective. D’où le singulier collectif « acteur pluriel », dont se sert Guy Lambert dans le titre de l’introduction au dossier. Les auteurs, qui sont parmi les meilleurs connaisseurs du sujet, sont ici remerciés pour leurs contributions gracieuses à cette étude… collective.

Cet acteur pluriel – toujours français – est ausculté dans ses logiques personnelles, professionnelles et sociales sous la IIIe et la IVe Républiques essentiellement, en tout cas avant que l’éclatement de l’École des beaux-arts, la généralisation des concours et quelques autres facteurs n’obligent à repenser et remplacer ces stratégies.

Les articles regroupés sous le titre « Actualités » offrent comme chaque année des éclairages à différentes échelles sur les archives d’architecture en France. Leur succession dans le numéro (articles émanant des Archives nationales, puis départementales, puis municipales, puis d’autres contributeurs) ne rend pas perceptible l’emboîtement de ces échelles.

Pour le niveau le plus général, le comité d’histoire du ministère de la Culture présente le projet, devenu réalité, d’un guide des sources françaises sur l’histoire de l’enseignement de l’architecture. Conçu comme une pierre d’un plus ample édifice, c’est, en France, le premier projet de guide des sources sur l’architecture depuis l’État des fonds de 1996, et le premier qui soit conçu comme une base de données évolutive.

Les Archives municipales de Lyon offrent une vue synthétique et complète de leurs ressources – des archives administratives concernant l’architecture aux archives d’architectes –, et, au passage, de l’ensemble des problématiques de ces archives.

Trois fonds d’architectes sont décrits : les archives du Rhône présentent le fonds de l’Atelier René Gagès, les Archives du Finistère le fonds de Philippe Lachaud, les Archives des Ardennes celui d’Auguste Quinet. Rien de comparable, sinon la pratique de l’architecture, entre la carrière de ce dernier, Sedanais, architecte des Frères des écoles chrétiennes à l’époque de la loi de séparation des églises et de l’État, celle de Philippe Lachaud, architecte et urbaniste actif dans l’ouest de la Bretagne jusqu’à ces dernières années, et celle de René Gagès, figure majeure de l’après-guerre à Lyon, dont l’apport, celui d’une « modernité plurielle », sera occulté par la mauvaise réception du centre d’échanges de Perrache. Rien de commun non plus entre les dimensions de ces fonds (de 2,5 ml à 50 ml) ou entre leurs conditions d’entrée dans les archives – dons successifs des architectes ou, pour Auguste Quinet, don 80 ans après sa mort…

Le Centre d’archives d’architecture du XXe siècle présente les fonds reçus et classés au cours de l’année 2016.

Enfin, les Archives nationales décrivent une source administrative et majeure sur l’histoire monumentale au XIXe siècle, les dossiers de travaux dans les cathédrales de la sous-série F/19, qui font l’objet d’un inventaire et d’une numérisation en cours.

Comme tous les numéros comportant un dossier thématique, ce numéro de Colonnes prouve une fois de plus l’importance des archives d’architecture et plus largement pour la recherche en histoire. En 2018, Colonnes devrait rapprocher une nouvelle fois le monde des archives et celui des historiens puisqu’il traitera en partie de la question des archives d’architectes enseignants.

David Peyceré

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *