Soutenance de thèse de Marie Bels : “Les grands projets de la justice française. Stratégies et réalisations architecturales du ministère de la Justice (1991-2001)” – 14 mai 2013

La soutenance de thèse (Université Paris-Est, doctorat discipline Architecture)  de Mme Marie Bels  aura lieu le 14 mai 2013 à 9h30, salle des enseignants, bâtiment A, ENSA de Paris- Belleville.

Mme Marie Bels est doctorante  de l’Université Paris-Est, ED “Ville, Transports et Territoires”, rattachée du laboratoire de recherche ACS XXe – XXIe s.  (ENSA Paris-Malaquais, UMR AUSser 3329).

Membres du jury :

TSIOMIS Yannis (dir.), professeur honoraire ENSAPLV, directeur de recherche au CNRS

CARDINALI Philippe, professeur d’Histoire des Arts en Classes préparatoires

COMMAILLE Jacques, maître de conférences à l’Institut des Sciences sociales du Politique, chercheur au CNRS, ENS Cachan

MAZZONI Cristiana, professeur ENSA Strasbourg, Directrice laboratoire AMUP

MENGIN Christine, maître de conférences Université Paris 1, Histoire de l’Art et Archéologie

VIOLEAU Jean-Louis, professeur à l’ENSA Paris-Malaquais, directeur du laboratoire ACS

Résumé :

En 1991, le ministère de la Justice français engage un vaste programme de construction de nouveaux palais de justice et d’agrandissements de bâtiments historiques. Plus de vingt-cinq opérations seront mises en oeuvre en l’espace de dix ans, ce qui représente, en surface, la moitié de ce qui a été construit durant tout le XIXe siècle.

A la modernisation indispensable des conditions de travail de ses fonctionnaires, la Chancellerie ajoute une forte demande de monumentalité, afin de renouveler l’image de l’institution que les cités judiciaires de la période précédente auraient contribué à banaliser. La logique de l’équipement caractéristique de l’organisation et du déroulement des concours se combine alors avec une logique de grands projets, dans laquelle la capacité de création des architectes est sollicitée directement.

Après avoir examiné les conditions programmatiques et symboliques de la commande, nous analysons dans le détail les rendus de concours de la dizaine d’opérations neuves importantes et, plus rapidement, les petites opérations neuves et les agrandissements de bâtiments historiques significatifs. Nous verrons alors comment les nouveaux dispositifs qui se mettent en place, en termes d’espace et de composition architecturale, contribuent à faire évoluer la typologie, à modifier les repères symboliques, et à promouvoir d’autres formes d’organisation et de représentation de l’institution judiciaire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.