Appel à contributions pour le colloque international « Les années 68 et la formation des architectes. Perspectives internationales » (date limite : 12 janvier 2018)

Appel à contributions pour le colloque international « Les années 68 et la formation des architectes. Perspectives internationales » qui se tiendra à la Cité de l’architecture et à l’Ecole nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais le 15 et 16 mai 2018.

Date limite pour réception des propositions : 12 janvier 2018

Les propositions de contributions devront parvenir  à ces adresses : elise.guillerm@rouen.archi.fr, annedebarre@wanadoo.fr, caroline.maniaque@rouen.archi. fr

Accédez à l’appel : Colloque International 15 et 16 mai 2018 – FINAL fr-En 2-1

Comité d’organisation : Anne Debarre (ENSA Malaquais, ACS-UMR AUSser 3329), Marie-Hélène Contal (Cité de l’architecture et du patrimoine), Caroline Maniaque (ENSA de Normandie, ATE), Eléonore Marantz (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA), Jean-Louis Violeau (ENSA Nantes, CRENAU-UMR AAU)

Comité scientifique : Valter Balducci (ENSA Normandie, ATE), Marie-Hélène Contal (Cité de l’architecture et du patrimoine), Marco Cremaschi (SciencesPo UMR 8239 Centre d’études européennes et de politique comparée), Anne Debarre (ENSA Malaquais, ACS-UMR AUSser 3329), Caroline Maniaque (ENSA de Normandie, ATE), Eléonore Marantz (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA), Joaquim Moreno (Université autonome, Lisbonne), Laurent Stadler (ETH Zürich – Institut GTA), Estelle Thibault (Ensa Paris-Belleville, Ipraus-UMR AUSser 3329),  Panayotis Tournikiotis (Ecole d’architecture, National Technical University of Athens), Jean-Louis Violeau (ENSA Nantes, CRENAU-UMR AAU)

Institutions partenaires : HiCSA (Équipe d’accueil 4100, Histoire culturelle et sociale de l’art), université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; ATE Normandie (Équipe d’accueil 7464, Architecture, territoire, environnement), ENSA  Normandie;  Cité de l’architecture et du patrimoine ; Laboratoire ACS-UMR AUSser CNRS/MCC 3329, ENSA Paris-Malaquais;  CRENAU-UMR AAU, ENSA Nantes

Présentation par les organisateurs : Ce colloque international accompagne l’exposition « Mai 68, l’architecture aussi » qui se tiendra à la Cité de l’architecture et du patrimoine du 14 mai 2018 au 17 octobre 2018,  (commissariat Caroline Maniaque, Eléonore Marantz, Jean-Louis Violeau) et propose de s’intéresser dans une perspective internationale à l’enseignement de l’architecture et aux modalités de formation des architectes au cours des années 1960 et 1970, période marquée en France comme dans beaucoup de pays du monde occidental par de profondes recompositions institutionnelles mais aussi politiques, sociales et pédagogiques.
Ce colloque fait suite aux deux journées d’études organisées le 16 et 17 juin 2016 (Ensa Paris-Belleville et INHA) sur les lieux de l’enseignement de l’architecture et du 20 et 21 octobre 2016 sur les pédagogies mises en œuvre dans les écoles d’architecture en France en France (Cité de l’architecture et du Patrimoine et Ensa Normandie).

Argumentaire : Le point d’orgue qu’a marqué le mois de mai 68 en France dans l’enseignement de l’architecture s’inscrit dans une perspective plus large, temporelle – à partir de l’après-guerre et jusqu’aux années 1970 -, mais aussi géographique – avec des confrontations internationales. Le congrès de l’UIA en 1965 qui se tient à Paris est consacré à la formation de l’architecte ; l’UNESCO publie en 1970 un rapport sur ce même sujet ; un colloque international « enseignement et architecture » dans les écoles européennes est organisé par la société des architectes SADG en juin 1978. Il s’agira avec le colloque de mai 2018 de revenir sur les formes que prennent les pédagogies en architecture, particulièrement interrogées dans les années 1960 et 1970 sur la scène internationale. Différents facteurs contribuent à légitimer les changements de paradigmes de la théorie architecturale mais aussi des alternatives constructives, notamment sur des thèmes tels que l’écologie ou l’environnement. Les contenus de l’enseignement s’ouvrent aussi largement aux sciences humaines ainsi qu’aux expérimentations mathématiques et informatiques. Comment évoluent-elles à l’aune des nombreuses critiques et réflexions dont elles sont l’objet, mais aussi au fil des mouvements contestataires et des réformes successives des études ?

Le « moment 68 » a-t-il été un moment particulièrement propice au renouvellement des enseignements ? Quels types d’architectes les écoles et départements d’architecture veulent-ils promouvoir ? La vague réformatrice de ces années-là, que l’on peut repérer tant aux Etats-Unis qu’en Italie, a-t-elle donné lieu à de nouvelles façons de penser le rôle des architectes ? Quels desseins poursuivent les multiples expériences pédagogiques engagées ?

Ce colloque international permettra de documenter plus particulièrement les pratiques pédagogiques liées à la formation des architectes entre la fin des années cinquante et le début des années quatre-vingt, en Europe, en Amérique du Nord, du Sud et ailleurs. . Au travers de contributions thématisées, il s’agit de cartographier une série d’expériences pédagogiques à l’échelle internationale, d’évaluer dans quelle mesure elles ont « fabriqué » des architectes prêts à embrasser la diversité des métiers de l’architecture ou, a contrario, à prendre des positions culturelles et politiques plus différenciées.

On peut rappeler ici quelques ouvrages permettant d’évaluer la formation des architectes en Europe et aux Etats-Unis. Plusieurs universités ont célébré le centenaire des programmes en architecture en proposant des ouvrages rétrospectifs, tel celui produit par Joan Ockman et Rebecca Williamson, Architecture School : Three Centuries of Educating Architects in North America, (Cambridge, MA, MIT Press, 2012). Richard Hayes a pour sa part pris en compte le dispositif pédagogique Design-Build mis en place par Charles Moore à Yale en 1967, dans The Yale Building Project. The First 40 Years (New Haven, Yale University Press, 2007). Quant à Pedro Bandeira, il considère l’enseignement alternatif à l’école d’architecture. Pedro Bandeira (dir. ), Porto School: B side / An oral history (1968-1978) (Guimaraes, A OFICINA, CIPRL, 2014). On rappelle ici aussi les travaux menés par Beatriz Colomina et ses étudiants en doctorat à Princeton University, Radical Pedagogies, présentés à la Biennale de Venise en 2014.

Les contributions pourront par conséquent aborder :

1. Les itinéraires et les parcours biographiques des acteurs clés de l’enseignement à l’échelle internationale;

2. Les actions publiques ou privées en faveur de telle ou telle pédagogie ; les injonctions politiques ou économiques dans le renouvellement des enseignements ;

3. La relation au sein des équipes pédagogiques entre l’enseignement du projet architectural, les arts plastiques, les sciences dures, les sciences humaines et sociales. Les liens des pédagogues en architecture avec ceux de l’université ou des écoles d’ingénieurs ;

4. Les circulations des pédagogues et des pédagogies (au vu notamment des nominations d’enseignants) ; les effets d’ « écoles » dans l’école ; l’implication des enseignants venant d’univers géographiques lointains et leur rôle dans le renouvellement du curriculum;

5. Les modalités et les supports de l’enseignement : l’impact des nouveaux outils de transcription de la réalité –  magnétophone, film super 8 – dans les rendus des étudiants ; le rôle des livres, des cours imprimés, des objets dans la transmission du savoir ; le rôle de la photographie dans l’apprentissage ; le rôle des vidéos ; les workshops : les expériences d’apprentissage de l’échelle 1.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.