Appel à communication pour le pour le Congrès régional de l’Union géographique internationale 2018 (date limite : 18 décembre 2017)

Appel à communication pour le Congrès régional de l’Union géographique internationale 2018

Date limite : 18 décembre 2017

Accédez à l’annonce : Capital spatial

Organisé par : CAROLINE DESBIENS (caroline.desbiens@ggr.ulaval.ca), CAROLE LÉVESQUE (carole.levesque@ucs.inrs.ca), DIALOG (http://www.reseaudialog.ca) et BÉATRICE COLLIGNON (beatrice.collignon@cnrs.fr), IRÈNE HIRT (irene.hirt@cnrs.fr), PASSAGES (http://www.passages.cnrs.fr)

Présentation par les organisateurs : Dans les pays ayant un passé colonial, la morphologie physique et culturelle des paysages autochtones est non seulement en changement, mais en
processus de diversification. Cette situation est due à plusieurs facteurs, dont la croissance des populations autochtones en milieu urbain ; les phénomènes simultanés de la résurgence et du néocolonialisme, à la fois formels et informels ; la restructuration de la gouvernance autochtone à travers les revendications territoriales, la co-gestion et le rapatriement des terres ; le développement de projets territoriaux axés sur la conservation , le patrimoine et le tourisme ; l’utilisation de l’art, de la réalité virtuelle et des communications multimédia comme moyen pour représenter, transmettre, approprier les savoirs territoriaux. Toutes ces dynamiques ont un impact sur les territorialités et identités autochtones. Toutefois, les outils cartographiques et les représentations visuelles qu’ils génèrent affectent aussi les paysages autochtones. Dans ce contexte, qu’est – ce qui constitue les territoires, territorialités et subjectivités autochtones? Tout
en demeurant critiques, nous utilisons le concept de « capital spatial » afin d’explorer ces problématiques. Pour engager la discussion, nous considérons le capital spatial comme étant « l’ensemble des ressources accumulées par un acteur, lui permettant de tirer avantage, en fonction de sa stratégie, de l’usage de la dimension spatiale de la société » (Lévy, 2003).
Des études récentes se sont penchées sur la manière dont les connaissances spatiales autochtones, individuelles et collectives, sont traduites sur des cartes (Pearce, 2008 ; Thom, 2009 ; Hirt, 2012) et sur la possibilité que les processus cartographiques participatifs puissent révéler le capital spatial des habitants (Burini, 2012 ; Noucher, 2014). À partir de cette perspective, quel est le statut de la cartographie en tant que traduction culturelle?
Comment est-ce que les processus et outils cartographiques créent les savoirs autochtones?
Nous souhaitons réunir différentes perspectives et études de cas afin de réfléchir collectivement – et à partir de contextes géographiques variés–à ces questions. Nous recherchons des propositions analysant en particulier :
• La création de savoirs autochtones à travers les processus et outils cartographiques
• Les nouvelles cartographies de la gouvernance autochtone
• La cartographie des changements de territorialités, de connaissances et de représentations
• Les visibilités émergentes à travers l’utilisation de technologies géospatiales
•La cartographie des villes et environnements bâtis en tant que territoires culturels autochtones
•Les paysages autochtones temporaires / mobiles de l’art, du militantisme et de la performance
•L’esthétique culturelle et les politiques liées aux visibilités autochtones
•Les liens entre patrimoine, esthétique et imaginaires d’espaces futurs
•Etc.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.