Séminaire “Enseigner l’invention et la création dans les arts techniques” – mai à décembre 2013

Le  séminaire “Enseigner l’invention et la création dans les arts techniques” aura lieu de mai à décembre 2013 à l’Institut National d’Histoire de l’Art – Université Paris I (2 rue Vivienne, 75002 Paris).

Organisé par : Guy Lambert (Ecole nationale supérieure d’architecture Paris-Belleville, UMR AUSser), Eléonore Marantz (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, HiCSA), Valérie Nègre (Ecole nationale supérieure d’architecture Paris La Villette, UMR AUSser), Nadia Podzemskaia (Centre de recherche sur les arts et le langage (CNRS-EHESS)

 Calendrier général :

– Jeudi 16 mai 2013 (9h30-13h. INHA- Université Paris I. Salle Jullian) : Séance introductive. Enseigner la création : de la pratique à la théorie.

– Jeudi 6 Juin 2013 (9h30-13h. INHA-Université Paris I. Salle AVD) : Conventions, normalisation, codifications des processus de création.

– Jeudi 26 septembre 2013 (9h30-13h. INHA-Université Paris I. Salle Mitry) : L’enseignement et ses supports : une approche génétique.

– Jeudi 24 octobre 2013 (9h30-13h. INHA-Université Paris I. Salle AVD.) : Les Lieux de la création

– Jeudi 5 décembre 2013 (9h30-13h. INHA-Université Paris I. Salle AVD) : Oralité, création et invention : la figure de l’enseignant

 Présentation du séminaire : L’objet du séminaire est de saisir, à travers les lieux, les méthodes et les supports pédagogiques, les processus d’invention et de création en eux-mêmes. L’hypothèse principale étant que l’enseignement est un terrain privilégié d’étude de l’invention et de la création, parce qu’il est le lieu où les pratiques, les méthodes et les modèles inventifs sont explicités pour réaliser l’objectif de transmission, mais aussi parce qu’il permet de saisir ces processus dans leur double dimension individuelle et collective. Le parti fort du séminaire consiste à confronter différentes manières de faire et d’enseigner « le projet » dans le domaine technique, dans le domaine artistique comme dans le domaine architectural. L’apport se situe aussi au niveau des objets d’étude. Dans l’ensemble, on peut dire que les acteurs, les institutions et le contenu des cours ont été beaucoup mieux étudiés que les méthodes d’enseignement en ellesmêmes. Et parmi ces méthodes, les cours magistraux sont mieux connus que les enseignements sous forme d’« ateliers », de travaux dirigés, de « démonstrations », de « manipulations » et de visites. Or ces types d’enseignements sont essentiels pour appréhender les processus de transmission des méthodes inventives dans l’architecture, les arts et les techniques. Ce manque d’intérêt pour ces différents modes d’enseignement et leurs supports, s’explique en partie par le caractère éphémère et complexe de ces objets d’étude. Ce qui se dit, se fait, se dessine, se construit, les manipulations, les gestes, les mouvements du corps ne laissent souvent que des traces fragmentaires. Il faut les reconstruire à partir de sources indirectes, rassembler laborieusement des ensembles de dessins, d’objets, de cahiers, d’enregistrements, d’écrits divers (notes de cours, récits autobiographiques, etc.) dispersés et mal catalogués (collections des Musées, des Ecoles, documents d’archives, etc.). Le travail de collecte, d’inventaire et de classement de ces corpus est un des objectifs de cette enquête. Il nécessite à l’évidence une collaboration étroite entre les conservateurs des Ecoles et des Musées et les enseignants-chercheurs. Ce séminaire a ainsi pour spécificité de réunir des chercheurs spécialistes des techniques, de la technologie, de l’art et de l’architecture, mais aussi des praticiens actifs dans ces domaines : architectes, designers, restaurateurs et conservateurs. L’enjeu est d’éclairer les pratiques actuelles de l’enseignement. La multiplication récente de bi-cursus associant des disciplines distinctes (tels qu’historien d’art-restaurateur ou architecte-ingénieur par exemple) invite plus que jamais à examiner dans leur cadre institutionnel les principes paradigmatiques fondateurs des différentes pédagogies de la création et de l’invention, à étudier leurs relations dialectiques, leurs hybridations et leurs mutations. Dans le contexte d’une généralisation de l’image animée et de l’imagerie numérique, la mutation des  outils de représentation, de conception et de diffusion, née du succès rapide de l’informatique, qui remet en cause le coeur même de l’apprentissage des arts et des techniques, invite également à une telle enquête.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.