Appel à communications international « Architecture de la catastrophe, Lieux et rituels de l’utopie et de la dystopie » (date limite : 11 février 2018)

Appel à communications international « Architecture de la catastrophe, Lieux et rituels de l’utopie et de la dystopie »

Date limite : 11 février 2018

Accédez à l’appel : appel_communications_LeaV_archiCatastrophe2018

Présentation par les organisateurs : Fruit d’une collaboration internationale entre deux laboratoires de recherche d’écoles d’architecture en France et au Canada, la question portée par ces rencontres interroge la réponse spatiale – et esthétique – à des problèmes posés par des situations d’urgence, d’impermanence, de mobilité et d’insécurité d’hier et d’aujourd’hui. Face aux phénomènes catastrophiques (selon la définition donnée par René Thom) on observe, à travers l’histoire des établissements humains, la mise en place de dispositifs de résilience et de résistance qui débordent l’efficacité technique et dont il faut essayer de dégager la dimension symbolique et son impact sur l’imaginaire collectif.
La réaction à des situations chaotiques a engendré des réponses de natures très différentes. D’un côté, face à des situations de désordre politique, à chaque situation particulière, la civilisation a répondu en créant de nouveaux ordres spatiaux et temporels qui se présentent comme des structures mentales et visuelles agissant comme antidotes. Nous pourrions citer les conditions politiques dans lesquelles est né le texte « Utopie » de Thomas More, à un moment ou Henri VIII faisait raser les monastères, ou encore l’émergence des ordres monastiques qui organisaient le temps dans un territoire en proie, au Ve et VIe siècles, à une incertitude qui voyait les structures politiques et administratives romaines s’effondrer.
Pareillement, l’espace rationnel de la Renaissance qui émerge en pleines guerres de pouvoir entre des villes-États au XVe siècle forme-t-il l’embryon de la cité moderne. Plus récemment, l’esthétique futuriste a essayé de déconstruire la ville traditionnelle et de s’attaquer au « goût » bourgeois en s’appuyant sur une esthétique disruptive intégrant bruit et mécanique. Et que penser d’un Le Corbusier achevant de détruire Paris, après la Grande Guerre, dans son plan Voisin en la géométrisant à l’extrême ; idée qui reviendra chez les architectes rationalistes italiens, avant et après la Seconde Guerre mondiale, avec l’emploi de la grille architecturale. Ou enfin, de la sur-géométrisation de l’architecture des années 1950 qui va se dissoudre dans les expériences utopiques des années 1960 et 1970, celles-ci visant à constituer des environnements protecteurs (mythe de la déconnexion, du retour à la campagne, expérience spatiale amniotique) dans une société de la transparence et du spectacle (Guy Debord).
Mais on pourrait aussi évoquer la constitution, à la fin des années 1960, de communautés se retrouvant dans le désert du Nouveau-Mexique pour inaugurer la première mise en application consciente du programme énoncé dans In the Outlaw Area (c’est l’époque où les États-Unis connaissent un mouvement d’exode des villes par des jeunes décidés à rejoindre des lieux dépeuplés, sauvages et qui répètent une tradition transcendantale). Ou encore, le prolongement aujourd’hui de cette posture existentielle en posture évènementielle : les rassemblements du festival « Burning Man », qui transforment le non-lieu, le désert, parangon de la tabula rasa, en happening (nouvelle mythologie), ou pour la France les évènements /engagements organisés par l’association Bellastock par exemple.
Nous voulons interroger les utopies/dystopies qui ont essayé de répondre de façon construite et structurée au désordre, au chaos, aux situations de conflit, en engageant, paradoxalement, une esthétique disruptive de la catastrophe. Aujourd’hui, la question que l’on peut se poser est : face à l’accélération des phénomènes urbains et des rythmes de vie, face à la multiplication des lieux de connexion qui dédoublent virtuellement la ville et qui fragmentent les temporalités – dans lesquels espace et temps sont en suspens (Elie During) –, face enfin aux risques encourus par les populations concentrées dans des territoires toujours plus restreints, comment visualiser, anticiper, scénariser l’environnement idéal dont les qualités attendues sont : préserver d’un côté la liberté de mouvement et d’action de chacun et, simultanément, assurer son besoin de protection, d’identification et d’inscription dans une nouvelle narration collective qu’elle soit stable et/ou évènementielle?

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.