Appel à contribution publication ERPS/ARENA « Transitions économiques et nouvelles ruralités » (date limite : 31 janvier 2018)

Appel à contribution publication ERPS/ARENA « Transitions économiques et nouvelles ruralités »

Date limite d’envoi des propositions : 31 janvier 2018

Comité scientifique :
Economistes : UMR Passages : Abdourahmane Ndiaye, VetAgroSup : Olivier Aznar, Université de Toulouse : Geneviève Azam, CEMARAC : Laurent Rieutort,

Membres issus du réseau ERPS : Ensap Bordeaux : Xavier Guillot, Ensa Saint-Etienne : Manuel Bello-Marcano, Georges Henry Laffont, Ensa Clermont-Ferrand : Amélie Flamand, Géraldine Tixier, Ensa Nancy : Vincent Bradel, Ensa Normandie : Frédéric Saunier, INRA / AgroParisTech : Sylvie Lardon, Claire Planchat,, Ensa Paris La Villette : Rosa Demarco, Ensp Versailles : Patrick Moquay, Ensa Grenoble : Romain Lajarge, Ensa Paris Belleville : Corinne Jaquand, Ensa Bretagne : Nadia Sbiti, Ensa Marseille : Florence Sarano, Ensa Lyon : Luna d’Emilio,

Membres issus du réseau Alter-rurality/Arena, ESA Paris : Pieter Versteegh, ESA Paris : Chris Younès, UCD Dublin : Sophie Meeres, DIT Dublin : Dominic Stevens, University of Westminster : Ben Stringer, University of Belgrade : Andelka Cirovic

Accédez à l’appel : appel a com erps 8_FR

Argumentaire général : De nos jours, le débat sur l’après-croissance économique a connu un nouvel essor, notamment en réaction aux crises financières ; en France, de nouvelles formes  d’économie sociale et solidaire (ESS) émergent, et elles questionnent le modèle économique néolibéral. En même temps, le mouvement dit des « villes en transition », initié en Angleterre par Rob Hopkins2, a vu la montée en puissance d’initiatives citoyennes engagées. Ces initiatives jettent les bases pour une réflexion collective sur l’après-croissance. Dans ce sens, cet ouvrage veut contribuer à explorer le lien entre ces initiatives citoyennes et le nouveau modèle de développement qu’elles dessinent. Cet appel à communication et l’ouvrage qui en sera issu, a pour objet de contribuer à ce débat, tout en proposant un terrain d’exploration spécifique, les territoires ruraux. Quel est le rôle des disciplines de l’espace et du projet dans la montée en puissance de ces initiatives en milieu rural ?
Dans le panorama des différents courants de pensée relevant de l’après-croissance – de la « bioéconomie3 » à la « sobriété heureuse4 » en passant pas la « décroissance conviviale5 » pour ne citer que certains d’entre eux – quels concepts et démarches singulières voit-on se dégager dans les territoires ruraux ? En quoi la prise en compte de dette réflexion d’ordre économique participe-t-elle à la mise en place de nouvelles formes de conception, de mise en oeuvre et, en amont, de programmation ?

Hors de France, une des figures pionnières et les plus emblématiques de la prise en compte de cette question économique, est la démarche conduite par le Rural Studio et la Auburn University en Alabama, déjà restituée dans le volume 3 de la collection6. Mais au-delà de ce cas Nord-américain, quelles sont, en France et en Europe, les expériences d’enseignement et de recherche dans lesquelles cette question constitue un levier central de la pensée du projet ?
Tel est l’objet de cet appel à contributions adressé à la communauté académique liée aux disciplines de l’espace et du projet (architectes, urbanistes, paysagistes, designers, etc.) ainsi qu’aux chercheurs en sciences humaines et sociales. Il s’agira tout particulièrement de restituer des cas d’enseignement et de recherche ayant exploré ces enjeux, mais aussi des projets réalisés ou des expériences ascendantes. Les enjeux de l’après-croissance pourront être traités à différentes échelles de l’organisation du cadre de vie quotidien : de l’organisation du foyer et du logement, à celle d’une collectivité, représentée par un hameau, un village ou une petite ville. Dans le premier cas, on se référera principalement aux processus économiques liés à la conception et à
la construction d’un édifice, mettant en avant notamment la pluralité des circuits-courts sur lesquels repose la construction, mais aussi l’organisation de la vie quotidienne de ses habitants.
Dans le second cas, on traitera plutôt de l’espace du territoire représentatif des enjeux communaux et intercommunaux. Cette échelle interroge notamment le contenu des documents d’urbanisme, ainsi que leur capacité à intégrer les enjeux économiques propres aux territoires ruraux, mais aussi d’autres types de démarches de projet ou d’action concertée émergentes.
L’adoption d’une échelle d’analyse ne dispensera pas de traiter ses interactions avec les autres échelles, en interrogeant divers principes de solidarité (subsidiarité, convivialité, etc.) prévalant entre acteurs, instances et stratégies des diverses catégories spatiales désignées.

1 Sortie de la publication : automne 2019 à l’occasion de la tenue des 9èmes rencontres du réseau ERPS
2 Hopkins, R., 2008. The Transition Handbook : From Oil Dependency to Local Resilience, Chelsea Green
Publishing.
3 Georgescu-Roegen, N., 2013. « De la science économique à la bioéconomie », dans Antoine Missemer, Nicholas
Georgescu-Roegen, pour une révolution bioéconomique, ENS Editions, p. 87-128.
4 Rahbi P., 2010. Vers la sobriété heureuse, Paris, Actes Sud.
5 Illich, I., 1973. La convivialité, Paris, Le Seuil.
6 Guillot, X. (dir.), 2012. Du terrain à la recherche : objets et stratégies, coll. Espace rural et projet spatial, vol. 3,
Saint-Etienne, Presses Universitaires.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.