Appel à projet du PUCA : “La gouvernance urbaine de/par l’innovation” (clôture 31 janvier 2018)

Appel à projet du PUCA : “La gouvernance urbaine de/par l’innovation”

Date de clôture : 31 janvier 2018

Accédez à l’appel : La gouvernance urbaine de/par l’innovation

Présentation par le PUCA : En choisissant l’appellation « démonstrateurs industriels pour la ville durable » 1, les ministères de l’Écologie et du Logement fixaient fin 2015 un cadre volontariste très particulier à un appel à projets dans leur périmètre d’action commun. « Dédié à l’émergence de projets urbains fortement innovants » , il s’adressait non pas directement à des villes mais à des consortiums d’entreprises qui, en lien avec des collectivités territoriales, étaient invités à proposer des projets s’inscrivant dans au moins deux registres : celui de la transition écologique des territoires urbains (par le dépassement des approches centrées sur les seuls bâtiments ou sur une seule et exclusive thématique) et celui de la compétitivité économique nationale en faisant de ces projets des « vitrines de l’excellence française en matière de ville durable ». Le maître mot en était « l’innovation » tant pour le contenu attendu des projets que pour la procédure mise en œuvre. L’Etat entendait en effet jouer essentiellement un rôle de « facilitateur » , indiquant par-là que l’innovation était non seulement l’affaire des acteurs industriels et territoriaux mais que sa propre contribution serait principalement d’ordre pratique (la levée des obstacles réglementaires à la réalisation de ces innovations) et non financière (son concours en ce domaine se limitant
au financement des besoins d’études ou d’ingénierie). Cette initiative pour originale qu’elle soit n’est pas la seule, loin s’en faut, qui mette aux prises la conception ou la gestion de la ville et l’innovation, que ce soit en France ou en Europe. Aujourd’hui, alors que s’engage l’évaluation de cette démarche, il peut être utile de se tourner vers la recherche en sciences sociales pour mieux cerner ce qui se joue dans le rapport croisé des villes et de l’innovation. Or, si la sociologie de l’innovation et l’histoire des sciences et des techniques nous éclairent sur les processus d’innovation technico-scientifique ou sur la transformation industrielle des process, des produits et des services, elles nous disent encore peu de choses sur la nature et les conditions d’une innovation proprement urbaine, c’est-à-dire qui concernerait la ville ou qui procéderait d’elle. A l’opposé, si les sciences sociales de l’urbain – de l’anthropologie urbaine à l’économie géographique – nous renseignent sur les modes de production de la ville, sur les régimes d’urbanisation ou de désurbanisation ou encore sur la formation d’écosystèmes favorables à l’innovation (districts et autres clusters…), elles conservent une certaine réserve vis-à-vis de l’innovation en tant qu’objet, la traitant tantôt comme un phénomène exogène à la ville et qui la transformerait, tantôt comme l’actualisation accélérée de processus à l’œuvre sur le temps long mais rarement comme un mode spécifique de production de la ville. Il y a donc matière à lancer des travaux dans ce domaine ou du moins à en clarifier les contours, à en ouvrir la « boîte noire » en mobilisant les compétences issues de la recherche à travers la réalisation de recherches « finalisées » , autrement dit des recherches destinées à éclairer les acteurs parties prenantes de ce domaine et contribuer au débat public de façon plus générale.
1 Pour une présentation détaillée de la démarche DIVD et des projets en cours, voir http://www.divd.logement.gouv.fr/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.