“Villes et territoires en diagonale Pierre Veltz, Grand Prix de l’urbanisme 2017” / sous la direction de Ariella Masboungi, éditions Parenthèses, janvier 2018 (Livre)

“Villes et territoires en diagonale : Pierre Veltz, Grand Prix de l’urbanisme 2017” / sous la direction de Ariella Masboungi, éditions Parenthèses, janvier 2018

Accédez au site de l’éditeurVilles et territoires en diagonale Pierre Veltz

Résumé extrait du site de l’éditeur : Comment la recherche peut-elle nourrir l’action ? Et réciproquement ?
Qui pour répondre à la question si ce n’est un chercheur engagé et atypique, ayant osé s’impliquer dans l’opérationnel ?
Qui mieux que Pierre Veltz ?
Ingénieur, sociologue et économiste, enseignant et chercheur n’appartenant à aucune chapelle, Pierre Veltz est passé à l’action à travers son engagement dans la création du Grand Paris et dans le pilotage de l’aménagement du plateau de Saclay. Les réponses qu’il propose, claires et généreuses, sont d’autant plus précieuses que la période est confuse et que l’urbanisme et l’aménagement peinent à se redéfinir face aux bouleversements économiques, sociaux et environnementaux à l’œuvre depuis le début du xxie siècle.
Pierre Veltz lutte contre la morosité ambiante en démontrant que les villes et les territoires jouent un rôle central dans la capacité de la France à affronter les défis de la mondialisation, de la révolution numérique et de la mutation écologique. Il s’interroge sur l’évolution des relations entre Paris et les capitales régionales et sur une possible « métropole France en réseaux » qui ne feraient pas l’impasse sur la ruralité et les territoires peu denses.

L’ouvrage explore de nombreuses pistes avec des complices et des responsables institutionnels sur des sujets aussi divers que l’avenir de la métropole francilienne, l’avenir du travail et de l’industrie ou l’idée d’une «   Agence France » qui penserait le territoire national comme un projet, considérant l’aménagement du territoire et l’aménagement urbain comme un même combat !
L’ouvrage présente également les trois nominés au Grand Prix, Jacques Lévy, géographe et chercheur de renommée internationale, favorable à un territoire dense et économe, Alfred Peter, paysagiste engagé dans le durable et le rôle des transports comme moteur de l’urbanité frugale et Philippe Madec, architecte‑urbaniste qui a anticipé le développement durable avant la lettre comme mode de pensée et d’action.
« Vivant dans les villes, nous n’en percevons plus l’étrangeté. Comment avons-nous pu édifier ces structures d’une incroyable complexité, en équilibre instable permanent entre le chaos et l’ordre ? L’émotion urbaine, pour moi, n’est plus esthétique, au sens habituel du terme, depuis longtemps. Elle se nourrit du désordre autant et plus que de l’ordre. La vitalité du Caire ou l’énergie de Sao Paulo me touchent plus que la beauté de Sienne, même si je me délecte de cette dernière. Comme dans la musique, c’est le mélange intime, instable, créateur, de la prévisibilité et de la surprise, de l’attendu et de l’inattendu, qui crée la beauté. » Pierre Veltz


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.