Séminaire « Vacance des lieux et urbanisme temporaire : territoires et enjeux urbains : Occupation temporaire : explorer de nouvelles urbanités » – EAVT Champs-Sur-Marne – 02 février 2018

Séminaire « Vacance des lieux et urbanisme temporaire : territoires et enjeux urbains : Occupation temporaire : explorer de nouvelles urbanités »

Inscription obligatoire avant le 29 janvier : caue77@wanadoo.fr

Organisateur : Les tables-rondes sont co-organisées dans le cadre du DSA d’architecte-urbaniste par : l’École d’architecture de la ville & des territoires à Marne-la-Vallée et le Conseil d’architecture, d’urba-nisme et de l’environnement de Seine-et-Marne avec l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée représentée par l’Ecole d’urbanisme de Paris, le Département de génie urbain, et l’Unité mixte de recherche «Architec-ture, urbanistique, société : savoirs, enseignement, recherche» (AUSser), l’École des ponts ParisTech et le DSAA Alternatives urbaines du Lycée polyvalent Adolphe Chérioux de Vitry.

Date : 02 février 2018

Lieu : École d’architecture de la ville & des territoires à Marne-la-Vallée, Amphithéâtre, 12 avenue Blaise Pascal, 77420 Champs-sur-Marne

Accédez à l’annonce : Vacance des lieux et urbanisme temporaire

Présentation par les organisateurs : Si l’histoire urbaine a toujours été marquée, plus ou moins fortement, par des situations transitoires et de renouvellement, le contexte de crise a amplifié ce phénomène. Les friches, les espaces vacants ou en déprise croissent depuis plusieurs décennies dans les cœurs ou les franges des agglomérations, voire dans des petites villes ou certains territoires ruraux.  Dans ce contexte, et dans l’attente d’un possible projet urbain, de nombreuses initiatives d’occupations tempo-raires émergent et visent, par différents moyens, la réactivation de la vie locale. Ces usages temporaires illustrent un « urbanisme transitoire », s’installant dans des espaces « en attente » à différents moments des transformations urbaines1 . Ils renseignent également sur la place prise, les approches centrées sur les usages de la ville, en complément de démarches plus « fonc-tionnelles ».
L’enjeu est important car, dans un contexte de raréfac-tion du foncier en ville mais aussi de fragmentation urbaine, ces projets « transitoires » peuvent être l’occa-sion de faire exister des lieux de rencontres et de travail et de répondre à la demande de proximité des habi-tants. De plus, pour nombre de professionnels comme pour des acteurs émergents, ce sont parfois de nouvelles manières de fabriquer la ville, au plus près des contextes et des besoins locaux, dans des espaces encore non réaffectés.
Ces délaissés, parties prenantes de la ville, peuvent d’ail-leurs constituer des opportunités urbaines et immobi-lières. Ainsi, en Ile-de-France, plus de 70% des initiatives de ce genre sont initiées dans un contexte où un projet urbain est envisagé (ZAC, PNRU….). L’occupation temporaire est aussi une opportunité, pour des propriétaires, de revaloriser l’image du site, de réduire les frais de gardiennage et d’entretien inhérents aux espaces inoccupés. C’est aussi l’occasion de tester des usages et des services afin d’améliorer l’acceptation et l’intégration d’un projet dans son environnement immédiat.
L’analyse de ces différents enjeux de l’«urbanisme transitoire» rythme les trois rendez-vous de l’année 2017-2018.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *