5ème séminaire du Réseau PAPier – ENSA Paris-Malaquais – 28 mars 2018

5ème séminaire du Réseau PAPier: « Critique et autres formes de retour sur les travaux des étudiants »

Lieu : ENSA Paris-Malaquais, 14 rue Bonaparte, 75006 Paris

Date : 28 mars 2018

Accédez à l’information : Réseau PAPier

Présentation par les organisateurs : Quelles formes ces retours peuvent-ils prendre ? Comment les faire pour que les étudiants les prennent en compte ? Comment peuvent-ils favoriser le développement de l’autonomie ? Comment faire avec des grands groupes ?
L’enseignant permet par ses retours à l’étudiant de construire des apprentissages plus en profondeur et des travaux plus aboutis sans pour autant faire le travail à sa place. Les étudiants sont friands de ses retours quand ceux-ci leur permettent de comprendre leurs erreurs, qu’ils offrent du soutien et qu’ils donnent des pistes pour améliorer le travail (Svinicki & McKeachie, 2014).
Le retour d’information sur son travail (que ce soit dans le cadre d’un enseignement de projet, d’un cours magistral, d’un TD, d’un encadrement de mémoire, etc.), qu’il prenne place durant le semestre ou lors de l’évaluation finale, est un des facteurs qui in-fluence le plus l’apprentissage d’un étudiant, mais également sa motivation et son estime de soi (Hattie & Timberley, 2007). Le retour d’information dépasse la critique au sens commun puisqu’il va dégager des pistes pour améliorer la qualité du travail.
Un retour peut porter sur le travail de l’étudiant mais également sur les stratégies qu’il a mises en place ou sur des façons de faire pour produire le travail. Les effets de ces retours d’information peuvent être engageant ou démotivant en fonction du type de retour et de la façon dont ils sont donnés.
Les recherches récentes, nous démontrent que le retour d’information devrait s’articuler autour de plu-sieurs principes clés : porter sur le travail (projet architectural ou urbain, documents écrits, documents graphiques ou tout autre type de production et de support) et non sur l’étudiant, être fourni rapidement après la réalisation du travail, identifier quelques forces, lister des points précis à améliorer en priorité, donner pour ces points des pistes de travail, ne pas être surchargé d’informations, être intelligible pour l’étudiant, soutenir la motivation, clarifier pour l’étudiant ce que constitue une production pertinente pour l’enseignant, faciliter le développement de l’auto-évaluation, … (Nicol & Macfarlane-Dick, 2006).

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *