Appel à communication « Architecture et signification : le dessein du projet architectural » (date limite : 25 mars 2018)

Appel à communication « Architecture et signification : le dessein du projet architectural »

Date limite d’envoi des propositions de communication : 25 mars 2018

Accédez à l’appel : Architecture et signification

Présentation par les organisateurs : L’architecture signifie, mais d’où lui vient son sens ? Peut-on penser sa signification comme le produit d’une intention qui serait à l’oeuvre, dès le stade du projet ? Et si c’est le cas, comment définir cette intention, et comment comprendre la manière dont celle-ci prend forme et se spatialise ? Cette journée d’étude cherche à dépasser le cadre de l’herméneutique des formes construites, déjà considérablement étayée par des théoriciens comme Norberg-Schulz ou Zevi1 et des philosophes inspirés par Hegel2, Heidegger3 ou Goodman4, pour aborder la signification de l’architecture à partir du projet.
Un bâtiment est en effet toujours orienté par une fin, et n’apparaît comme architecture qu’à condition que cette intention symbolique soit perçue. Il peut s’agir a minima du programme, mais aussi d’une intention mémorielle, religieuse ou politique, qui fait la singularité de chaque projet et donne son sens au bâtiment achevé. « Les plans de l’architecture sont les premiers messagers d’une pensée spatiale » affirme Jean Attali5, et c’est cette pensée que nous souhaiterions saisir avant que celle-ci ne se fige et s’aliène dans l’oeuvre réalisé.
« Souviens-toi de l’impression que t’a faite une bonne architecture, à savoir l’impression d’exprimer une pensée. Elle aussi on aimerait la suivre du geste6 » nous dit Wittgenstein dans ses Remarques mêlées. Le projet représente en effet le moment déterminant de la pratique architecturale, liant le commanditaire à l’architecte, et dont l’élément fondateur réside dans
l’intelligibilité d’une pensée et de son expression. Mais les notions même de pensée et d’intention sont-elles pertinentes pour définir ce processus créateur ? Un projet n’est en effet jamais l’oeuvre d’un seul : s’agirait-il dès lors de penser son « intention » au pluriel et de la considérer comme une conjonction ou une synthèse, ou encore comme le lieu de débats ou le résultat d’un conflit ? De même, que penser de ces bâtiments qui sont littéralement des oeuvres du geste, ces Architectures sans architectes7, pour paraphraser Rudofsky, dans laquelle l’intention signifiante semble inconsciente et se confondre avec l’exécution matérielle du « projet » lui-même ?
Afin de saisir ces interrogations, cette journée d’étude entend valoriser la transdisciplinarité et de réunir des chercheurs de différents domaines (philosophes, historiens et théoriciens de l’architecture) ainsi que des professionnels (architectes, mais aussi paysagistes et urbanistes) pour tenter de cerner la nature de cette intention signifiante et définir ainsi un symbolisme architectural « en acte », saisi sur le vif. Il s’agit d’explorer l’évolution de cette intention à tous les stades du projet et selon tous ses modes d’expression (plan, dessin, modélisation numérique, maquette, textes) pour penser la création architecturale comme la genèse consciente ou inconsciente d’un sens. Loin de nous en tenir à une vision de l’architecture qui ferait de celle-ci un objet clos sur lui-même, nous encourageons les approches qui prendront en compte le caractère relationnel de ses manières de signifier et qui penseront la manière dont le sens d’un projet se découvre en s’inscrivant dans une ville, un paysage, ou une histoire.

1 Christian Norberg-Schulz, La signification de l’architecture occidentale, Bruxelles, éd. Pierre Mardaga, 1977, Bruno Zevi, Apprendre à voir l’architecture, Paris, éd. de Minuit, 2010.
2 G.W.F. Hegel, Introduction à l’esthétique, trad. Samuel Jankélévich, Paris, éd. Flammarion, 2009.
3 Martin Heidegger, « Bâtir, habiter, penser » in. Essais et conférences, trad. André Préau, Paris, Gallimard, 1973, p.170. Il est à noter cependant que l’approche d’Heidegger, centrée sur la signification de l’acte de construire (Bauen) est plus proche de celle que nous proposons.
4 Nelson Goodman, Languages of Art, Indianapolis, Hackett Publishing Company, 1976.
5 Jean Attali, Le plan et le détail. Une philosophie de l’architecture et de la ville, Nîmes, éd. Jacqueline Chambon, 2001 p. 9.
6 Ludwig Wittgenstein, Remarques mêlées, Paris, trad. G. Granel, éd. Flammarion, 2002 p.79



Citer ce billet
Pascal Fort (2018, 12 février). Appel à communication « Architecture et signification : le dessein du projet architectural » (date limite : 25 mars 2018). Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uzsa

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search