Billet de lecture de Laeticia Overney : L’épaisseur des pierres : Climats de France de Marie Richeux

Carte postale, Agence Jomone, date indéterminée, collection personnelle

Billet de lecture de Laeticia Overney : L’épaisseur des pierres : Climats de France de Marie Richeux

Le nom de « Climat de France » résonne fort dans les milieux de l’architecture. Ni bulletin météo, ni clin d’oeil publicitaire, ce nom désigne une cité construite à Alger par Fernand Pouillon, entre 1954 et 1957 : 3000 logements bâtis en pierre massive venue par bateau des carrières de Fontvieille en Provence. Cité étonnante, sa cour rectangulaire monumentale dite  » Place des Deux-Cents Colonnes » a été maintes fois photographiée et publiée de ce côté-ci de la méditerranée.

Alors que peut-on encore redécouvrir dans le roman de Marie Richeux ? Un astucieux tour narratif qui encastre architecture et histoire politique, comme « un tissus cousu serré » pour reprendre une expression de l’auteure (p.48). L’histoire sociale de cet espace se noue à l’histoire migratoire. Ce faisant, l’édifice de Fernand Pouillon gagne encore en épaisseur. Climats de France ou des histoires au pluriel entre l’Algérie et la France, un reflet des années 1950 et 1960, dont les traces restent dans les mémoires d’aujourd’hui.

Marie, la narratrice, se rend à Alger et découvre la cité, elle est émue. Mais pourquoi ? Elle comprend que l’architecte qui a construit cet édifice au dessus de Bab-El-Oued est aussi à l’origine de l’ensemble d’habitations où elle a grandit à Meudon-la-Forêt. C’est la surprise. Sa mémoire s’active. S’en suit un dialogue avec un ancien voisin de palier, Malek, un algérien venu en France à la fin des années 1950. Des liens se tissent.

C’est bien la guerre d’Algérie, encore si peu étudiée dans le système scolaire, qui trame l’histoire de cet édifice. 1957, le chantier bat son plein, Pouillon et Chevallier, le Maire d’Alger à l’origine de la commande, veulent tenir les délais de livraison annoncés. Les ouvriers dorment sur place. Mais « qui dort vraiment en 1957, quand la violence s’est répandue dans les veines de la ville plus vite que le sang ou l’air ? Qui dort vraiment sur les chantiers ou ailleurs ? » (p. 71). De Meudon à Alger, les murs vibrent de cette mémoire.

Le lecteur perçoit aussi dans ce livre toute la méticulosité de Pouillon, depuis ses premiers dessins jusqu’au suivi de chantier. Celui qui a conçu Climat de France « a sculpté cela pour le marcheur, pour celui et celle qui, après lui, marcheront là chaque jour » (p. 72-73). L’auteure utilise des sources variées : textes et photographies de l’architecte, presse, ou encore des écrits de Germaine Tillion.

Au présent, c’est la dégradation du bâti qui frappe, l’insalubrité d’une cité jamais réhabilitée, des murs prêts à s’effondrer, le surpeuplement des logements, des jeunes au chômage à qui il ne reste que les espaces extérieurs.

A Meudon-la-Forêt, Marie Richeux décrit des relations de sociabilité entre les habitants. Elle rappelle « la puissance d’un palier » (p. 48) à créer des liens forts et des liens faibles, ainsi que l’événement que constitue l’emménagement dans ces logements confortables au début des années 1960 : les premiers habitants se souviennent de leur arrivée sous la pluie et les pieds dans la boue. Cette cité, c’est aussi l’issue heureuse du parcours résidentiel d’un couple « franco-algérien » d’origine modeste qui accède à la propriété. C’est le lieu de vie d’une adolescente ordinaire dans les années 1990, un lieu traversé par les overdoses et le sida qui tue tout sur son passage.

Les apports historiques du livre sont nombreux sans que le ton ne soit jamais didactique. Au contraire, le roman suggère, interroge. Il donne surtout envie de se rapprocher de Climat de France. Pour (re)voir l’ancrage de la cité dans le site, les extensions construites par les habitants, les rideaux de tissus multicolores aux fenêtres, la Place des Deux-Cents Colonnes avec les discussions animées, les commerces informels et les parties de billard. Arpenter cette composition urbaine remarquable entre bâtiments et volumes vides, ces pentes structurées en terrasses superposées qui forment de petites places. S’arrêter un instant dans ces espaces publics intermédiaires. Reprendre les escaliers qui dégagent des vues sur la mer. Sentir la pierre au soleil, « et la clarté » d’Alger comme le dit Malek (p. 259). Entendre surtout les habitants parler de leur lieu de vie, s’irriter parfois qu’on vienne voir ces immeubles « de misère », se désoler du chômage et d’un avenir qu’ils voient sans issue.

Alger, mai 2017, L.O

Je remercie Mohamed Srir, enseignant-chercheur à l’EPAU, de m’avoir donné l’occasion d’arpenter Climat de France, et Ilhame Bensaci, ancienne étudiante en architecture et aujourd’hui professeure des écoles, de m’avoir fait découvrir cette cité par son travail de recherche.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.