Parution de « Politique des infrastructures. Permanence, effacement, disparition », sous la direction de Dominique Rouillard aux éditions MétisPresses, 2018 (Livre)

« Politique des infrastructures. Permanence, effacement, disparition », sous la direction de Dominique Rouillard, éditions MétisPresses, 2018

Contributions de Carlotta Darò, Gilles Delalex, Jac Fol, Xuan Son Le, Fanny Lopez, Mathieu Mercuriali, Luca Merlini, Frédérique Mocquet, Can Onaner, Claude Prelorenzo, Dominique Rouillard, Marika Rupeka, Georgi Stanishev, Zeila Tesoriere.

Accédez au site de l’éditeur : Politique des infrastructures

Résumé extrait du site de l’éditeur : Les infrastructures disputent à l’architecture le pouvoir politique de faire image. Elles incarnent, comme elle, la puissance d’une nation et la volonté d’en prolonger l’héritage. Cette évidence doit aujourd’hui être relativisée, tant sont vacillants les contextes dans lesquels les infrastructures sont bâties, gérées ou encore transformées.

Après la crise du progrès, l’effondrement des empires coloniaux ou des totalitarismes, à l’époque de la dématérialisation des technologies et de la multiplication des risques environnementaux, la question de la durée et de la représentativité des infrastructures devient toujours plus problématique. Que dire en effet de leur résistance, de leur adaptabilité ou de leur valeur de témoignage dès lors que l’aura qu’elles étaient censées représenter s’affaiblit et que l’ancrage territorial ne constitue plus une de leurs données?

En analysant des exemples d’infrastructures produites dans plusieurs contextes politiques – la dictature militaire brésilienne, le socialisme soviétique, le colonialisme d’Indochine ou encore la démocratie participative du « capitalocène » – cet ouvrage révèle combien leur rôle symbolique se renouvelle de manière imprévisible. Il en interroge également les destins potentiels, dans la cristallisation des imaginaires politiques à venir, entre actualisations de modèles anciens et fictions postapocalyptiques. Enfin, il se penche sur la résistance qu’opposent les infrastructures aux perpétuelles mutations de la ville contemporaine, et montre dans quelle mesure elles permettent d’assurer l’ajustement entre le réel et les imaginaires qui traversent l’urbain.

Sommaire :

Introduction
Dominique Rouillard

Politique
« Effacez tout ! Le Centre Culturel de São Paulo », Dominique Rouillard
« L’enjeu monumental : radicalisation et survivance de la propagande monumentale communiste dans le Bloc de l’Est », Georgi Stanishev,
« L’effacement de la fonction de capitale d’État. Le cas de Saïgon après 1975 », Xuân Son Le
« Architecture, immobilisation et émancipation », Can Onaner
« La perte du lieu : les infrastructures du capitalocène », Fanny Lopez
« Mobilités en milieu suburbain. Persistance de l’innovation infrastructurelle à Milton Keynes », Marika Rupeka

Imaginaire
« Les ruines joyeuses. Destin des grandes infrastructures modernes dans les récits de fiction apocalyptiques », Gilles Delalex
« Les dessins sublimes vieillissent-ils aussi ? », Luca Merlini
« Contre-épreuves du temps. Reflets, mouvements de l’œil et de l’esprit », Jac Fol
« Sublime technologique et artefacts symboliques : réseaux sonores en représentation», Carlotta Darò

Mutations
« Recyclage et résilience. La fin des oppositions », Zeila Tesoriere
« La gare de Lyon : épisode d’obsolescences et de transformations», Mathieu Mercuriali
« La transmutation des infrastructures patrimoniales. Restaurations, reconversions, duplications », Claude Prelorenzo
« La méthodique observation photographique face à l’insoumission du paysage : l’Observatoire Photographique National du Paysage », Frédérique Mocquet


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.