Séminaire du groupe Inventer le Grand Paris : Le Grand Paris de l’époque moderne (XVIe-XVIIIe s) – ENSA Paris-Belleville – 29 mars 2018

Séminaire du groupe Inventer le Grand Paris : Le Grand Paris de l’époque moderne (XVIe-XVIIIe s)

Organisation et contacts : Frédéric Pousin : frederic.pousin(a)wanadoo.fr, Nathalie Roseau : nathalie.roseau(a)enpc.fr, Cédric Feriel : cedric.feriel(a)gmail.com

Lieu : ENSA Paris-Belleville, salle 12, 60 bd de la Villette, 75019 Paris

Date : 29 mars 2018, 14h-18h

Accédez à l’annonce : Séminaire Inventer le Grand Paris (3) – programme

Programme de la séance :

Introduction scientifique :

Loïc Vadelorge (ACP/UPEM)
Laurent Coudroy de Lille (Lab’Urba/EUP)

Robert Muchembled, professeur émérite à l’université Paris 13 (Paris Sorbonne Cité) : « Quand Paris dominait ses campagnes (1500-1789) »

Diane Roussel, maîtresse de conférence à l’UPEM (ACP) : « La guerre des limites ? Ouverture et fermeture de Paris au XVIe
siècle  »

Chaque intervention sera suivie d’un échange avec la salle.

De quand date la question d’un Grand Paris ? À son lancement en  2012, le projet de recherche pluriannuel ‘Inventer le Grand Paris’ (IGP) se proposait – dans un contexte d’un regain d’attention
médiatique aux problématiques de l’aménagement de l’agglomération capitale – d’interroger l’épaisseur au moins séculaire de ce concept métropolitain, saisissant l’occasion du centenaire du
rapport Poëte/Bonnier (1913-2013). Assumant l’anachronisme apparent de la formule, cette troisième séance des séminaires IGP se propose de travailler la question de la longue durée en explorant ce que pouvait signifier l’idée d’un Grand Paris à l’époque moderne. Il ne s’agit pas d’appliquer les problématiques de l’aménagement métropolitain du XXe siècle à une autre période historique, mais bien de tenter de saisir les questionnements et les perceptions propres à la capitale du Royaume de France entre le XVIe et le XVIIIe siècle. L’hypothèse est que vivre à proximité de Paris à l’époque moderne constitue une réalité distincte susceptible d’individualiser les pratiques et les perceptions d’un territoire au sein du Royaume. Si l’enjeu n’est pas alors de planifier la croissance urbaine, comment les contemporains de François Ier, de Louis XIV ou de Voltaire pensent-ils la gestion de la grande ville ? Comment se pose la question de ses limites souhaitables ?

Cette interrogation engage à la fois des questionnements sur les jeux d’échelles, les jeux d’acteurs et les représentations de l’espace à l’époque moderne. Pas plus qu’aujourd’hui, le Paris de  l’époque moderne ne fonctionne en vase clos. Mais comment évaluer sa relation aux territoires qui l’entourent ? Peut-on faire l’histoire des faubourgs de Paris en se dégageant de la fatalité de leur absorption future par une capitale dominante ? Allant plus loin, peut-on saisir un polycentrisme (Versailles, Saint-Denis, Vincennes, Provins) et ses limites, dessinant un Grand Paris dans lequel Paris ne fait pas jeu solitaire ? Ces questionnements renvoient à une étude des pratiques sociales à l’époque moderne et des sources pour les documenter. Si les différents acteurs façonnent la ville, comment reconstituer à la fois leurs perceptions d’un Grand Paris et leurs logiques de déplacement qui construisent l’espace parisien (Église, parlementaires, la cour, le Conseil du Roi, mais aussi bourgeois, artisans, paysans, etc.) ?

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.