Séminaire « L’accueil, l’installation et la circulation des migrants : enseignements de la recherche et perspectives pour l’action » – Grande Arche de la Défense (Paris) – 30 mai 2018

Séminaire « L’accueil, l’installation et la circulation des migrants : enseignements de la recherche et perspectives pour l’action »

dont intervention de Laetitia Overney : 11H15- 12H00 : PARCOURS D’EXILÉS : : DU REFUGE À L’INSTALLATION avec Catherine DESCHAMPS, Jean-François LAE et Bruno PROTH

Lieu : Ministère de la Transition écologique et solidaire / Ministère de la Cohésion des territoires – Arche Sud – Amphithéâtre du Toit de l’Arche de la Défense

Date : 30 mai 2018, 9h-17h30

Inscriptions : Entrée libre mais inscription en ligne obligatoire : cliquez ici

Accédez au site : Séminaire « L’accueil, l’installation et la circulation des migrants : enseignements de la recherche et perspectives pour l’action »

Extrait du site : La question des migrants, de leur circulation, de leur installation et de leur parcours résidentiel, lorsqu’il a lieu, intéresse le territoire. Elle l’intéresse non pas seulement en vertu des pouvoirs de police qui s’exercent en son nom mais en raison des enjeux proprement territoriaux qui s’y jouent et le constituent. Les établissements humains, quelle qu’en soit la forme – du campement au lotissement, du village à la métropole – sont le produit de ces flux, légaux et illégaux, qu’ils soient souhaités ou non. Phénomène historique établi (le patrimoine matériel et immatériel des villes en témoignent), ce processus se renouvelle sous les effets combinés des guerres, des crises économiques, du partage inégal des richesses et, demain, des effets du changement climatique.

Des villes accueillent aujourd’hui ces migrants et exilés. Elles le font de façon volontariste parfois, tentant d’assumer la part d’hospitalité constitutive de toute organisation humaine qui place les droits de l’individu au fondement de leur constitution. Elles le font de façon contrainte et « à reculons » également, laissant alors l’arbitraire s’installer, jetant un voile d’ignorance sur une gestion autoritaire des flux conduisant alors à la violence et à l’indignité. Entre les deux, des pratiques s’inventent et des installations temporaires engagées sous le sceau de la précarité se consolident. Des solidarités voient le jour et des formes d’urbanité émergent aux marges des villes, dans leurs interstices ou dans les infrastructures d’urgence les plus éloignées en apparence de ce qui constitue les bases de la condition urbaine : le droit d’habiter et de circuler à sa guise.

Il n’est pas question ici de porter un jugement sur la conduite des hommes et des femmes ou même des sociétés engagées dans ces processus mais d’examiner les conditions par lesquelles un territoire peut faire place à ces flux et faire droit aux hommes et aux femmes qui les composent : comment passer de l’indécence à la décence, de l’illégal au toléré, du campement à la ville, de la fuite au projet, bref comment reconnaître dans des situations que chacun pourra trouver inacceptables à l’aune de ses propres critères, la possibilité d’une alternative satisfaisante du point de vue du droit de ceux qui migrent comme de ceux qui demeurent, de ceux qui circulent comme de ceux qui s’installent, de ceux qui craignent pour leur identité comme de ceux qui craignent pour leur vie.

Pour cela, le Puca organise un séminaire centré sur les enseignements susceptibles d’êtres tirés de recherches engagées ces dernières années sur les jungles du Calaisis et d’ailleurs, sur les campements et les camps, sur les parcours d’exilés.

Ce séminaire sera l’occasion de restituer les recherches soutenues par le Puca ces dernières années, de les faire dialoguer avec d’autres travaux, notamment ceux développées autour de l’ANR Babels et son séminaire d’anthropologie publique et enfin de débattre avec des acteurs engagés du côté de l’action publique ou de la société civile et soucieux de renouveler les perspectives d’action.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *