Soutenance de thèse d’Andréa Palmioli : « Chine : capillarité et territoire. Paradigmes de l’urbanisation diffuse » – ENSA Paris-Belleville – 2 mai 2018

Soutenance de thèse d’Andréa Palmioli : « Chine : capillarité et territoire. Paradigmes de l’urbanisation diffuse » (中国地域发展之毛细现象-分散式城市化模式), sous la direction de Jean Attali (Professeur Honoraire, École nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais)

Université Paris-Est, Ecole doctorale Ville, Transports et Territoires, Laboratoire IPRAUS (ENSA Paris-Belleville)

Lieu : ENSA Paris-Belleville, salle des enseignants, bâtiment A, 1er étage, 60 boulevard de la Villette, 75019 Paris

Date : 2 mai 2018, 13h30

Membres du jury :

M. ATTALI Jean, Directeur de thèse, Professeur Honoraire, École nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais

Mme LANZACOGATO Elena, Rapporteur, Associate Professor, Ecole polytechnique fédérale de Lausanne EPFL Faculté de l’environnement naturel, architectural et construit ENAC ENAC, Section d’architecture ENACSAR, SAR Enseignement SARENS

Mme MAZZONI Cristiana, Rapporteur Professeur, AMUP/ENSAS – INSA de Strasbourg

Mme VIGANò Paola, Co-Directeur de thèse, Professeur, Università IUAV di Venezia

Mme GRILLET-AUBERT Anne, Co-encadrant de thèse, Maître assistante, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville

Mme FERRARIO Viviana, Examinateur, Associate Professor, Iuav Università di Venezia, Dipartimento di Culture del Progetto

M. VERON Emmanuel, Examinateur, Maître de Conférences, Institut National des Langues et Civilisations Orientales

M. GAROFOLI Gioacchino, Examinateur Professeur, Università degli studi dell’INSURBIA

Professeur invité : Antoine BRES (architecte, professeur des universités)

Résumé de la thèse en français : Cette recherche interroge l’existence des nouvelles formes de ruralité émergentes dans le bassin métropolitain du delta du Yangzi. En opposition à l’écart croissant entre patrimoine infrastructurel et société on réaffirme la priorité du territoire comme principe théorique et paradigme naturel.

L’analyse des processus historiques d’aménagement du territoire agricole à partir des réformes foncières et des pratiques autochtones de « Guangxi » (réseaux sociaux), a révélé une restructuration des ressources stratégiques du territoire du delta avant la réorganisation des espaces ruraux bâtis : la nature du sol et le réseau de l’eau.

En même temps dispositif de contrôle politique et de développement social, la modification de l’infrastructure territoriale jusqu’ à la fin du maoïsme, peut être interprétée comme un investissement sur le long terme du capital humain et environnemental.

Notre hypothèse est que la diffusion des petites et moyennes entreprises dans les zones rurales représente une forme de capitalisation des matrices sociales et organisationnelles du tissu agricole plus ancien.

Ces transformations ont amené à la formation de nombreux espaces hybrides et clusters des entreprises dispersées dans la campagne qui s’appuient de façon complémentaire aux réseaux environnementaux préexistants. En conséquence, ce mode de production a à son tour, remodelé la relation entre l’économie, les communautés et l’environnement naturel locaux donnant lieu à des formes du développement sans fractures, plus ductiles et résilientes où la relation entre l’espace construit et l’espace agricole n’est plus de nature opposée.

Ce qui émerge est un réseau de “milieux” dont chaque élément rend compte de la conception d’un paysage, de matériaux propres, de méthodes et procédures de construction. L’organisation morphologique qui en résulte montre un modèle d’urbanisation capillaire dans ces zones conventionnellement définies « non-urbaines ».

Interroger ces formes émergentes de ruralité veut dire réviser la façon de conceptualiser la notion du « territoire métropolitain », et notamment de ce que on définis l’ « urbain ».

On fait valoir, finalement, pour un besoin urgent de reconsidérer la séquence programmatique qui sous-tendent la morphologie spatiale de régions mégalopolitaines, par la prise en compte des rapports de continuité entre « milieux » et « communauté » et par le biais d’un examen des interactions entre ces réalités souvent, disjoints.

Résumé en anglais : The territorial scale and the form of the territory are fundamental basis to understand metropolitan processes and the changes occurred in its spatial, economic and social structure. The centrality of landforms and of their dynamics inspires more situated approaches, in which the agency of natural elements is integrated.

This research investigates the existence of new forms of emerging rurality in the metropolitan basin of the Yangtze Delta. In opposition to the growing gap between infrastructural heritage and society, the priority of the territory is reaffirmed as a theoretical tool and environmental paradigm.

The research hypothesis is that the spread of small and medium-sized enterprises in rural areas represents a form of capitalization of the spatial reorganization occurred in the Commune’s period. The preliminary factor which originated the process of rural industrialization is based on the restructuring of two strategic territorial resources: the soil structure and the water network.

These transformations have led to the formation of numerous hybrid spaces and clusters of small and micro enterprises dispersed over the countryside. As a result, this mode of production has, in turn, reshaped the relationship between the local economy, communities and natural environment giving rise to forms of urban development without fractures, where the relationship between the built space and the agricultural area is no longer of an opposite nature.

What emerges is a network of « milieu” where the resulting socio-spatial organization shows a pattern of capillary urbanization in these conventionally defined « non-urban » areas. The notion of urban is changing and ecological rationality can offer fundamental opportunities to analyse, intersect and integrate the various territorial layers.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *